Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 mai 2017 1 15 /05 /mai /2017 14:47

 

 

Etui à Cartes de Visite, Nacre Gravée et Miniature Jeune Femme, Epoque Restauration

 

Très bel étui à cartes de visite

 

Etui en nacre orné d’une miniature représentant le portrait d’une jeune femme en robe rose pale. Au revers un médaillon représentant dans une couronne de roses anciennes les initiales dorées HT.

 

La miniature signée « Dumond ».

 

Nacre irisée de superbe qualité à motifs de damiers décorés de motifs de feuilles d’acanthe, branche de corail et fleurs.

 

En parfait état.

 

EPOQUE RESTAURATION.

 

Dimensions :

Hauteur 10,3 cm.

Longueur 7,8 cm. 

 

Etui à Cartes de Visite, Nacre Gravée et Miniature Jeune Femme, Epoque Restauration
Etui à Cartes de Visite, Nacre Gravée et Miniature Jeune Femme, Epoque Restauration
Etui à Cartes de Visite, Nacre Gravée et Miniature Jeune Femme, Epoque Restauration
Etui à Cartes de Visite, Nacre Gravée et Miniature Jeune Femme, Epoque Restauration
Etui à Cartes de Visite, Nacre Gravée et Miniature Jeune Femme, Epoque Restauration
Etui à Cartes de Visite, Nacre Gravée et Miniature Jeune Femme, Epoque Restauration
Etui à Cartes de Visite, Nacre Gravée et Miniature Jeune Femme, Epoque Restauration
Etui à Cartes de Visite, Nacre Gravée et Miniature Jeune Femme, Epoque Restauration
Etui à Cartes de Visite, Nacre Gravée et Miniature Jeune Femme, Epoque Restauration
Etui à Cartes de Visite, Nacre Gravée et Miniature Jeune Femme, Epoque Restauration
Etui à Cartes de Visite, Nacre Gravée et Miniature Jeune Femme, Epoque Restauration
Repost 0
Published by desarnaud-antiquaire - dans Objets de charme Miniatures
commenter cet article
23 octobre 2016 7 23 /10 /octobre /2016 12:54

 

 

Colonnade en forme de temple. Epoque Empire - Restauration.

 

Grande colonnade formant temple.

 

 

Bois doré et bois recouvert de papier marbré Vert de Mer et de papier doré.

 

Ce temple est composé de quatre colonnes sur piédestaux surmontées d'un entablement mouluré et de quatre arcs en décrochement, couronnés d'une boule dorée.

 

 

EPOQUE EMPIRE - RESTAURATION.

PREMIER QUART DU XIXème SIÈCLE.

 

 

Dimensions:

Hauteur 123 cm.

Longueur 54,5 cm. 

Largeur 30 cm. 

 

Patine et usure du temps

 

Superbe et grand objet de décoration.

 

 

Colonnade en forme de temple. Epoque Empire - Restauration.
Colonnade en forme de temple. Epoque Empire - Restauration.
Colonnade en forme de temple. Epoque Empire - Restauration.
Colonnade en forme de temple. Epoque Empire - Restauration.
Colonnade en forme de temple. Epoque Empire - Restauration.
Colonnade en forme de temple. Epoque Empire - Restauration.
Colonnade en forme de temple. Epoque Empire - Restauration.
Colonnade en forme de temple. Epoque Empire - Restauration.
Colonnade en forme de temple. Epoque Empire - Restauration.
Colonnade en forme de temple. Epoque Empire - Restauration.
Colonnade en forme de temple. Epoque Empire - Restauration.
Colonnade en forme de temple. Epoque Empire - Restauration.
Repost 0
Published by desarnaud-antiquaire - dans Mobilier - Miroirs Objets de charme
commenter cet article
26 juin 2016 7 26 /06 /juin /2016 08:57

 

 

Paire d'obélisques monumentaux, bois peint faux-marbre, Italie 19ème siècle

 

Rare paire d’obélisques monumentaux.

 

Bases moulurées et chaque obélisque reposant sur quatre boules.

 

Bois peint en faux marbre beige, vert de mer et jaune de Sienne.

Filets en faux porphyre.

 

ITALIE, XIXème SIECLE.

 

Dimensions :

Hauteur 197 cm.

Longueur 33 cm.

Largeur 33 cm.

 

Provenance :

Collection Theatrum Mundi, un palais du centre historique d’Arrezzo près de la basilique San Francesco, en Toscane.

 

Paire d'obélisques monumentaux, bois peint faux-marbre, Italie 19ème siècle
Paire d'obélisques monumentaux, bois peint faux-marbre, Italie 19ème siècle
Paire d'obélisques monumentaux, bois peint faux-marbre, Italie 19ème siècle
Paire d'obélisques monumentaux, bois peint faux-marbre, Italie 19ème siècle
Paire d'obélisques monumentaux, bois peint faux-marbre, Italie 19ème siècle
Paire d'obélisques monumentaux, bois peint faux-marbre, Italie 19ème siècle
Paire d'obélisques monumentaux, bois peint faux-marbre, Italie 19ème siècle
Paire d'obélisques monumentaux, bois peint faux-marbre, Italie 19ème siècle
Paire d'obélisques monumentaux, bois peint faux-marbre, Italie 19ème siècle
Paire d'obélisques monumentaux, bois peint faux-marbre, Italie 19ème siècle
Paire d'obélisques monumentaux, bois peint faux-marbre, Italie 19ème siècle
Repost 0
Published by desarnaud-antiquaire - dans Objets de charme
commenter cet article
5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 14:54

 

 

SUPPRESSION DU RAYON MODE, ACCESSOIRES DE MODE ET TISSUS ANCIENS.

 

ANCIEN PRIX : 350 €

NOUVEAU PRIX : 200 €

(Envoi en colissimo recommandé : Pour la France 10 €)

 

Porte-monnaie Romantique en Sablé de Perles, époque Restauration

 

Ravissant porte-monnaie ou bourse en sablé de perles.

 

Décor double-face sur deux registres d'une frise de fleurs polychromes sur fond blanc et turquoise; et d'une frise de motif de boteh inspiré des cashmeres sur fond bordeaux.

Perle en sablé de couleur turquoise.

 

Monture en métal doré repoussé à décor de rosaces et feuilles d'acanthe.

 

Intérieur en soie beige.

 

EPOQUE RESTAURATION

 

Dimensions :

10,7 x 8 cm.

 

La technique du sablé, aujourd'hui disparue, est restée longtemps un réel mystère.

A la fin du XVIIème siècle on voit apparaître en France des objets d'une totale perfection, qui vont se développer au XVIIIe siècle et se poursuivre dans la première moitié du XIXème siècle.

Ni tissées, ni tricotées, ni crochetées, on compte plus de 150 minuscules perles (environ 1mm) au centimètre carré. Le nom " sablé " veut simplement rappeler que les objets raffinés qui en sont faits, sont recouverts de perles aussi fines que le sable.

Des recherches récentes ont pu établir avec certitude que le sablé consiste en une technique qui allie l'enfilage au nouage, plus proche de certains points de dentelle que de la broderie. Disposées en quinconce, les minuscules perles forment une mosaïque serrée. L'enfilage est fait sur des fils de soie, disposés en rangée en respectant le motif souhaité. Ces fils sont ensuite tendus sur un cadre puis les rangées de perles sont reliées les unes aux autres par un réseau noué qui positionne chaque perle et donne une stabilité au tissu ainsi obtenu. Les motifs décoratifs sont faits de fleurs, de personnages ou d'animaux, accompagnés parfois d'une dédicace.

Ce minutieux travail va être appliqué à quelques objets précieux et élégants tels des coffrets, pochettes, bourses ou aumônières, reliures de carnet, étuis nécessaire, voire des chaussures ou des parements de costume.
La production est si peu importante qu'on l'attribue à des mains anonymes, à des couventines ou aux dames de la noblesse. Destiné dès le XVIIIème à la haute société et parfois également réalisé par des mains princières, on dit aussi que cet art a été enseigné, sur les conseils de la marquise de Maintenon, aux pensionnaires de la Maison royale de Saint Cyr, chargée de l'éducation des jeunes filles nobles et pauvres. Cet art se développe dans la première moitié du XIXème siècle avant de s'éteindre.

 

Porte-monnaie Romantique en Sablé de Perles, époque Restauration
Porte-monnaie Romantique en Sablé de Perles, époque Restauration
Porte-monnaie Romantique en Sablé de Perles, époque Restauration
Porte-monnaie Romantique en Sablé de Perles, époque Restauration
Porte-monnaie Romantique en Sablé de Perles, époque Restauration
Porte-monnaie Romantique en Sablé de Perles, époque Restauration
Porte-monnaie Romantique en Sablé de Perles, époque Restauration
Porte-monnaie Romantique en Sablé de Perles, époque Restauration
Repost 0
5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 14:42

 

 

SUPPRESSION DU RAYON MODE, ACCESSOIRES DE MODE ET TISSUS ANCIENS.

 

ANCIEN PRIX : 680 €

NOUVEAU PRIX : 400 €

(Envoi en colissimo recommandé : Pour la France 12 €)

 

Sac à Main Romantique, Sablé de Perles, époque Restauration

 

Beau sac à main en sablé de perles polychromes.

 

Décor double-face :

une bergère, avec son agneau, est assise sous un palmier devant sa maison.

Un couple discute au seuil du portail d'un jardin luxuriant.

 

En partie basse, une guirlande de fleurs multicolores.

 

Fermoir et chaîne en acier.

 

Intérieur en soie rose.

 

EPOQUE RESTAURATION

 

Dimensions sans la chaine :

20, 6 cm x 14,8 cm.

 

Dans un état de conservation parfait.

 

La technique du sablé, aujourd'hui disparue, est restée longtemps un réel mystère.

A la fin du XVIIème siècle on voit apparaître en France des objets d'une totale perfection, qui vont se développer au XVIIIe siècle et se poursuivre dans la première moitié du XIXème siècle.

Ni tissées, ni tricotées, ni crochetées, on compte plus de 150 minuscules perles (environ 1mm) au centimètre carré. Le nom " sablé " veut simplement rappeler que les objets raffinés qui en sont faits, sont recouverts de perles aussi fines que le sable.

Des recherches récentes ont pu établir avec certitude que le sablé consiste en une technique qui allie l'enfilage au nouage, plus proche de certains points de dentelle que de la broderie. Disposées en quinconce, les minuscules perles forment une mosaïque serrée. L'enfilage est fait sur des fils de soie, disposés en rangée en respectant le motif souhaité. Ces fils sont ensuite tendus sur un cadre puis les rangées de perles sont reliées les unes aux autres par un réseau noué qui positionne chaque perle et donne une stabilité au tissu ainsi obtenu. Les motifs décoratifs sont faits de fleurs, de personnages ou d'animaux, accompagnés parfois d'une dédicace.

Ce minutieux travail va être appliqué à quelques objets précieux et élégants tels des coffrets, pochettes, bourses ou aumônières, reliures de carnet, étuis nécessaire, voire des chaussures ou des parements de costume.
La production est si peu importante qu'on l'attribue à des mains anonymes, à des couventines ou aux dames de la noblesse. Destiné dès le XVIIIème à la haute société et parfois également réalisé par des mains princières, on dit aussi que cet art a été enseigné, sur les conseils de la marquise de Maintenon, aux pensionnaires de la Maison royale de Saint Cyr, chargée de l'éducation des jeunes filles nobles et pauvres. Cet art se développe dans la première moitié du XIXème siècle avant de s'éteindre.

 

 

Sac à Main Romantique, Sablé de Perles, époque Restauration
Sac à Main Romantique, Sablé de Perles, époque Restauration
Sac à Main Romantique, Sablé de Perles, époque Restauration
Sac à Main Romantique, Sablé de Perles, époque Restauration
Sac à Main Romantique, Sablé de Perles, époque Restauration
Sac à Main Romantique, Sablé de Perles, époque Restauration
Sac à Main Romantique, Sablé de Perles, époque Restauration
Sac à Main Romantique, Sablé de Perles, époque Restauration
Sac à Main Romantique, Sablé de Perles, époque Restauration
Sac à Main Romantique, Sablé de Perles, époque Restauration
Sac à Main Romantique, Sablé de Perles, époque Restauration
Repost 0
5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 14:28

 

 

SUPPRESSION DU RAYON MODE, ACCESSOIRES DE MODE ET TISSUS ANCIENS.

 

ANCIEN PRIX : 350 €

NOUVEAU PRIX : 200 €

(Envoi en colissimo recommandé : Pour la France 10 €)

 

Porte-monnaie en Sablé de Perles, époque Restauration

 

Ravissant porte-monnaie ou bourse en sablé de perles.

 

Décor double-face d'une rosace dans un octogone entourée d'une guirlande de fleurs.

Monture en acier facetté.

Intérieur en soie beige.

 

EPOQUE RESTAURATION

 

Dimensions :

9,2 x 8,3 cm.

 

La technique du sablé, aujourd'hui disparue, est restée longtemps un réel mystère.

A la fin du XVIIème siècle on voit apparaître en France des objets d'une totale perfection, qui vont se développer au XVIIIe siècle et se poursuivre dans la première moitié du XIXème siècle.

Ni tissées, ni tricotées, ni crochetées, on compte plus de 150 minuscules perles (environ 1mm) au centimètre carré. Le nom " sablé " veut simplement rappeler que les objets raffinés qui en sont faits, sont recouverts de perles aussi fines que le sable.

Des recherches récentes ont pu établir avec certitude que le sablé consiste en une technique qui allie l'enfilage au nouage, plus proche de certains points de dentelle que de la broderie. Disposées en quinconce, les minuscules perles forment une mosaïque serrée. L'enfilage est fait sur des fils de soie, disposés en rangée en respectant le motif souhaité. Ces fils sont ensuite tendus sur un cadre puis les rangées de perles sont reliées les unes aux autres par un réseau noué qui positionne chaque perle et donne une stabilité au tissu ainsi obtenu. Les motifs décoratifs sont faits de fleurs, de personnages ou d'animaux, accompagnés parfois d'une dédicace.

Ce minutieux travail va être appliqué à quelques objets précieux et élégants tels des coffrets, pochettes, bourses ou aumônières, reliures de carnet, étuis nécessaire, voire des chaussures ou des parements de costume.
La production est si peu importante qu'on l'attribue à des mains anonymes, à des couventines ou aux dames de la noblesse. Destiné dès le XVIIIème à la haute société et parfois également réalisé par des mains princières, on dit aussi que cet art a été enseigné, sur les conseils de la marquise de Maintenon, aux pensionnaires de la Maison royale de Saint Cyr, chargée de l'éducation des jeunes filles nobles et pauvres. Cet art se développe dans la première moitié du XIXème siècle avant de s'éteindre.

 

Porte-monnaie en Sablé de Perles, époque Restauration
Porte-monnaie en Sablé de Perles, époque Restauration
Porte-monnaie en Sablé de Perles, époque Restauration
Porte-monnaie en Sablé de Perles, époque Restauration
Porte-monnaie en Sablé de Perles, époque Restauration
Porte-monnaie en Sablé de Perles, époque Restauration
Porte-monnaie en Sablé de Perles, époque Restauration
Repost 0
5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 13:59

 

 

(( VENDU ))

 

 

 

Boite à Mouches, Bronze Doré et Aventurine, 18ème Siècle

 

Belle boite à mouches ou tabatière Louis XVI.

 

Monture "à cage" en bronze doré décorée de frises de feuilles d'acanthe et plaques de verre aventurine imitant des blocs de cristaux pailleté d'or.

 

XVIIIème SIÈCLE.

 

Dimensions :

Longueur 7 cm.

Largeur 5,6 cm.

Hauteur 2,9 cm.

 

L'Astralite (parfois appelé «rivière d'or») est un type de verre utilisé en décoration et en joaillerie pour l'effet de scintillement produit par des inclusions triangulaires et hexagonales de cuivre.

D'origine italienne (per aventura = par hasard), le nom de cette pierre a été donné à un produit obtenu, en effet, par hasard, vers 1700, par adjonction accidentelle de petites écailles de cuivre dans un verre en fusion. Depuis cette époque, on fabrique un verre appelé verre aventurine qui ressemble à certaines pierres naturelles qu'on appelle aussi aventurines.

Cette découverte aurait eu lieu à Murano puisque ce serait la famille Miotti, verriers de Murano, qui conservèrent longtemps la formule secrète.

 

Boite à Mouches, Bronze Doré et Aventurine, 18ème Siècle
Boite à Mouches, Bronze Doré et Aventurine, 18ème Siècle
Boite à Mouches, Bronze Doré et Aventurine, 18ème Siècle
Boite à Mouches, Bronze Doré et Aventurine, 18ème Siècle
Boite à Mouches, Bronze Doré et Aventurine, 18ème Siècle
Boite à Mouches, Bronze Doré et Aventurine, 18ème Siècle
Boite à Mouches, Bronze Doré et Aventurine, 18ème Siècle
Boite à Mouches, Bronze Doré et Aventurine, 18ème Siècle
Boite à Mouches, Bronze Doré et Aventurine, 18ème Siècle
Boite à Mouches, Bronze Doré et Aventurine, 18ème Siècle
Boite à Mouches, Bronze Doré et Aventurine, 18ème Siècle
Boite à Mouches, Bronze Doré et Aventurine, 18ème Siècle
Boite à Mouches, Bronze Doré et Aventurine, 18ème Siècle
Boite à Mouches, Bronze Doré et Aventurine, 18ème Siècle
Repost 0
Published by desarnaud-antiquaire - dans Objets de charme Boites - coffrets
commenter cet article
5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 12:50

 

 

 

(( VENDU ))

 

 

Boite Précieuse en Vermeil, Agate et Pyrite, Birmingham, Orfèvre John Thropp, Début 19ème Siècle

 

Orfèvre John Thropp à Birmingham.

 

Rare et belle boite précieuse :

Vermeil, agate et pyrite.

 

Boite rectangulaire à coins arrondis.

Monture en vermeil.

Couvercle à charnière serti d'une large agate bombée dans un entourage de motifs ovales de pyrite brillante comme un pavage de diamants.

Intérieur en vermeil.

 

Poinçons :

- poinçon pour la ville de Birmingham.

- poinçon au lion passant pour le titre d'argent.

- poinçon tete de souverain pour certifier le paiement des taxes.

- poinçon lettre-date pour 1809.

- poinçon de l'orfèvre John Thropp, No. 10 King Edward's Place, Birmingham.

- deux poinçons français au cygne pour l'argent d'importation.

 

Poids brut : 168 g.

 

BIRMINGHAM - 1809.

RÈGNE DE GEORGE III.

 

Dimensions :

Longueur 7,9 cm.

Largeur 6,5 cm.

Hauteur 3,3 cm.

 

Dès l’âge de pierre, la pyrite a été considérée comme une pierre «magique» et on a utilisé son pouvoir chauffant pour soigner.

Le terme pyrite est attribué à Dioscoride en l'an 50 qui en fait le premier mention. La pyrite fut remarquée des anciens pour les étincelles qu'elle produit sous les chocs. Le terme provient du grec puritès, étincelant, de pûrpuros, feu, d'ou son nom de pierre à feu. Les Grecs la portaient aussi en amulette pour se protéger de la «pourriture du sang».

Les Incas en tiraient des lames polies servant de miroirs qu'ils disposaient dans les tombeaux (la pyrite est aussi appelée «pierre des Incas»). Les Incas et les Aztèques se servaient d’une Pyrite dorée pour revêtir le toit des temples consacrés au culte solaire, les Conquistadors la prenant ainsi pour de l’or.

Appelée aussi l'or des fous, elle a désillusionné nombres de chercheurs d'or : durant la ruée vers l'or, la méconnaissance et le désespoir de bien des mineurs les menèrent à confondre la pyrite avec l'or à cause de son éclat et sa couleur ; paradoxalement, la pyrite contient des traces d'or (l'arsenic et l'or sont des éléments qui entrent dans la structure de la pyrite via une substitution couplée), le métal précieux prospecté dans les sédiments provenant notamment de la diffusion de son élément chimique hors du minéral de pyrite pendant des millions d'années.

 

(Par mesure de sécurité, l'argenterie et les objets précieux ne sont pas conservés à la galerie. Les objets sont visibles uniquement sur rendez-vous.)

 

Boite Précieuse en Vermeil, Agate et Pyrite, Birmingham, Orfèvre John Thropp, Début 19ème Siècle
Boite Précieuse en Vermeil, Agate et Pyrite, Birmingham, Orfèvre John Thropp, Début 19ème Siècle
Boite Précieuse en Vermeil, Agate et Pyrite, Birmingham, Orfèvre John Thropp, Début 19ème Siècle
Boite Précieuse en Vermeil, Agate et Pyrite, Birmingham, Orfèvre John Thropp, Début 19ème Siècle
Boite Précieuse en Vermeil, Agate et Pyrite, Birmingham, Orfèvre John Thropp, Début 19ème Siècle
Boite Précieuse en Vermeil, Agate et Pyrite, Birmingham, Orfèvre John Thropp, Début 19ème Siècle
Boite Précieuse en Vermeil, Agate et Pyrite, Birmingham, Orfèvre John Thropp, Début 19ème Siècle
Boite Précieuse en Vermeil, Agate et Pyrite, Birmingham, Orfèvre John Thropp, Début 19ème Siècle
Boite Précieuse en Vermeil, Agate et Pyrite, Birmingham, Orfèvre John Thropp, Début 19ème Siècle
Boite Précieuse en Vermeil, Agate et Pyrite, Birmingham, Orfèvre John Thropp, Début 19ème Siècle
Boite Précieuse en Vermeil, Agate et Pyrite, Birmingham, Orfèvre John Thropp, Début 19ème Siècle
Boite Précieuse en Vermeil, Agate et Pyrite, Birmingham, Orfèvre John Thropp, Début 19ème Siècle
Boite Précieuse en Vermeil, Agate et Pyrite, Birmingham, Orfèvre John Thropp, Début 19ème Siècle
Repost 0
5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 11:46

 

 

 

(( VENDU ))

 

 

Boite Précieuse en Vermeil et Pyrite, Ecosse, Dublin 1821

 

Belle boite dite tabatière en vermeil et pyrite.

 

Monture ouvragée en vermeil ornée d'un couvercle à charnière enchâssant une plaque de pyrite brillante comme un pavage de diamants.

 

Inscription gravée d'une dédicace : "C.E. to C.E."

 

Poinçons :

- deux poinçons de la ville de Dublin.

- poinçon tete de souverain utilisé en Ecosse de 1819 à 1890 pour certifier le paiement des taxes.

- poinçon lettre-date pour 1821.

- deux poinçons français au cygne pour l'argent d'importation.

 

ECOSSE, DUBLIN.

RÈGNE DE GEORGE IV.

 

Poids brut : 120 g.

 

Dimensions :

Longueur 6,5 cm.

Largeur 4,9 cm.

hauteur 2,9 cm.

 

Dès l’âge de pierre, la pyrite a été considérée comme une pierre «magique» et on a utilisé son pouvoir chauffant pour soigner.

Le terme pyrite est attribué à Dioscoride en l'an 50 qui en fait le premier mention. La pyrite fut remarquée des anciens pour les étincelles qu'elle produit sous les chocs. Le terme provient du grec puritès, étincelant, de pûr, puros, feu, d'ou son nom de pierre à feu. Les Grecs la portaient aussi en amulette pour se protéger de la «pourriture du sang».

Les Incas en tiraient des lames polies servant de miroirs qu'ils disposaient dans les tombeaux (la pyrite est aussi appelée «pierre des Incas»). Les Incas et les Aztèques se servaient d’une Pyrite dorée pour revêtir le toit des temples consacrés au culte solaire, les Conquistadors la prenant ainsi pour de l’or.

Appelée aussi l'or des fous, elle a désillusionné nombres de chercheurs d'or : durant la ruée vers l'or, la méconnaissance et le désespoir de bien des mineurs les menèrent à confondre la pyrite avec l'or à cause de son éclat et sa couleur ; paradoxalement, la pyrite contient des traces d'or (l'arsenic et l'or sont des éléments qui entrent dans la structure de la pyrite via une substitution couplée), le métal précieux prospecté dans les sédiments provenant notamment de la diffusion de son élément chimique hors du minéral de pyrite pendant des millions d'années.

 

(Par mesure de sécurité, l'argenterie et les objets précieux ne sont pas conservés à la galerie. Les objets sont visibles uniquement sur rendez-vous.)

 

 

Boite Précieuse en Vermeil et Pyrite, Ecosse, Dublin 1821
Boite Précieuse en Vermeil et Pyrite, Ecosse, Dublin 1821
Boite Précieuse en Vermeil et Pyrite, Ecosse, Dublin 1821
Boite Précieuse en Vermeil et Pyrite, Ecosse, Dublin 1821
Boite Précieuse en Vermeil et Pyrite, Ecosse, Dublin 1821
Boite Précieuse en Vermeil et Pyrite, Ecosse, Dublin 1821
Boite Précieuse en Vermeil et Pyrite, Ecosse, Dublin 1821
Boite Précieuse en Vermeil et Pyrite, Ecosse, Dublin 1821
Boite Précieuse en Vermeil et Pyrite, Ecosse, Dublin 1821
Boite Précieuse en Vermeil et Pyrite, Ecosse, Dublin 1821
Boite Précieuse en Vermeil et Pyrite, Ecosse, Dublin 1821
Boite Précieuse en Vermeil et Pyrite, Ecosse, Dublin 1821
Repost 0
5 mai 2016 4 05 /05 /mai /2016 11:25

 

 

Boite Précieuse en Argent et Agate, 19ème Siècle

 

Belle boite ovale en agate et argent massif.

 

La boite est constituée de deux belles plaques en agate translucide.

 

Monture en argent massif ciselé richement décoré de volutes fleuries et feuillagées.

Poinçon d'argent d'importation au cygne.

Travail étranger.

Poids brut : 193 g.

 

XIXème SIÈCLE.

 

Dimensions :

Longueur 8,8 cm.

Largeur 8 cm.

Hauteur 3,3 cm.

 

En parfait état.

 

(Par mesure de sécurité, l'argenterie et les objets précieux ne sont pas conservés à la galerie. Les objets sont visibles uniquement sur rendez-vous.)

 

Boite Précieuse en Argent et Agate, 19ème Siècle
Boite Précieuse en Argent et Agate, 19ème Siècle
Boite Précieuse en Argent et Agate, 19ème Siècle
Boite Précieuse en Argent et Agate, 19ème Siècle
Boite Précieuse en Argent et Agate, 19ème Siècle
Boite Précieuse en Argent et Agate, 19ème Siècle
Boite Précieuse en Argent et Agate, 19ème Siècle
Boite Précieuse en Argent et Agate, 19ème Siècle
Repost 0

Présentation

  • : desarnaud-antiquaire.over-blog.com
  • desarnaud-antiquaire.over-blog.com
  • : Tableaux, Dessins, Estampes, Sculptures, Mobilier et Objets d'Art du XIXème Siècle, avec un accent particulier pour les époques Empire - Restauration Charles X - Louis Philippe.
  • Contact

Retour à la page d'accueil

 450410-1assiette-or-2n 

   

Recherche

Au coeur du Carré Rive Gauche

Galerie Desarnaud

Nicolas Megnier-Perbet

5, rue de beaune

75007 PARIS

01 42 61 78 74

galeriedesarnaud@yahoo.fr

 

La galerie est ouverte du mardi au samedi, de 14 h à 18 h.

Le matin sur rendez-vous .

 

La galerie a été crée en hommage à Marie Jeanne Rosalie Desarnaud (1775-1842), fondatrice de "L'Escalier de Cristal" au Palais-Royal, célèbre sous la Restauration pour ses objets de cristal montés sur bronze doré. Outre du cristal des manufactures de Montcenis-Le Creusot, Baccarat, Vonèche... la galerie vous présente une sélection de dessins et de tableaux néo-classiques et romantiques, de sculptures, de mobilier et d'objets d'art de la première moitié du XIXème siècle avec un accent particulier pour le Charles X.

Nicolas Megnier-Perbet, diplomé de l'Ecole du Louvre et de Paris-IV Sorbonne, sera heureux de vous recevoir pour vous faire découvrir ses trouvailles.

 

note importante :

Par mesure de sécurité tous les objets ne sont pas conservés à la galerie. Si vous souhaitez voir un objet précis, merci de me contacter avant votre visite.