Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 09:05

 

 

Paire de Projets d'Eventails Néo-Classiques, Italie, Début 19ème Siècle

 

Souvenir du Grand Tour :

 

Paire de projets pour éventails néo-classiques.

 

Gouache et aquarelle.

 

Le premier éventail représente des figures féminines à l'antique.

Le second éventail représente l'arc de Janus et la pyramide de Cestius à Rome.

 

Les scènes sont entourées de motifs néoclassiques de bouquets de fleurs et de fruits, arabesques, feuilles d'acanthes, vases...

 

Montages en tissus vert anis à motifs néo-classiques.

Cadres en bois dorés du début du XIXème Siècle.

 

ITALIE, DÉBUT DU XIXème SIÈCLE.

 

Très décoratif et très belle fraîcheur des coloris.

 

Dimensions :

Dessin seul : longueur 31,5 cm x hauteur 16 cm.

Cadre : longueur 45,5 cm x hauteur 30 cm.

 

L'arc de Janus est un arc romain, situé dans le quartier du Vélabre à Rome, non loin des temples d'Hercule et de Portunus, sur le Forum Boarium, le marché aux bestiaux de la Rome antique. L'arc aurait été érigé en l'honneur de l'empereur Constance II, vers l'an 356. Cependant, il ne s'agit pas d'un arc de triomphe classique, mais probablement d'une construction destinée aux marchands occupés aux transactions commerciales du Forum Boarium.

L'arc de Janus est un arc à quatre faces. Il est constitué de quatre piliers massifs revêtus de blocs de marbre. Il était surmonté d'un couronnement vraisemblablement en forme de pyramide, à structure en brique, qui, à l'origine, devait aussi être recouvert de marbre. Au Moyen Age, la famille Frangipani a utilisé le monument comme base pour construire une tour fortifiée. La tour a été démolie en 1827. La représentation de l'état avant la démolition de 1827 est représenté sur ce projet d'éventail.

À l'extérieur, les pylônes sont creusés sur chaque côté de deux rangées de trois édicules à petites colonnes soutenues par des consoles (48 niches au total). Ces niches, surmontées de semi-coupoles à coquilles sculptées dans le marbre, devaient à l'origine abriter des statues.

 

La Pyramide de Cestius est un monument funéraire de l'Antiquité situé près de la Porta San Paolo à Rome. Cette Pyramide fut construite entre 18 et 12 av. J.-C. comme tombeau du préteur, tribun du peuple et membre du collège des septemviri epulones, Caïus Cestius. Le style égyptien de la pyramide marque directement l'influence de la présence récente de l'empire romain sur l’Egypte. Au Moyen Age, cette pyramide passait pour être le tombeau de Rémus, frère de Romulus, fondateur mythique de la cité de Rome.

 

Paire de Projets d'Eventails Néo-Classiques, Italie, Début 19ème Siècle
Paire de Projets d'Eventails Néo-Classiques, Italie, Début 19ème Siècle
Paire de Projets d'Eventails Néo-Classiques, Italie, Début 19ème Siècle
Paire de Projets d'Eventails Néo-Classiques, Italie, Début 19ème Siècle
Paire de Projets d'Eventails Néo-Classiques, Italie, Début 19ème Siècle
Paire de Projets d'Eventails Néo-Classiques, Italie, Début 19ème Siècle
Paire de Projets d'Eventails Néo-Classiques, Italie, Début 19ème Siècle
Paire de Projets d'Eventails Néo-Classiques, Italie, Début 19ème Siècle
Paire de Projets d'Eventails Néo-Classiques, Italie, Début 19ème Siècle
Paire de Projets d'Eventails Néo-Classiques, Italie, Début 19ème Siècle
Paire de Projets d'Eventails Néo-Classiques, Italie, Début 19ème Siècle
Paire de Projets d'Eventails Néo-Classiques, Italie, Début 19ème Siècle
Paire de Projets d'Eventails Néo-Classiques, Italie, Début 19ème Siècle
Paire de Projets d'Eventails Néo-Classiques, Italie, Début 19ème Siècle

Partager cet article

Repost0
15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 11:37

 

 

Attilio Simonetti (1843-1925), Portrait de Sarah Bernhardt, aquarelle

 

Beau témoignage d’une des plus grandes tragédiennes françaises du XIXème siècle :

 

ATTILIO SIMONETTI

(Rome 1843-1925)

 

« Portrait de Sarah Bernhardt »

 

Aquarelle.

 

Signée en bas à droite « A.Simonetti ».

 

Dans son montage et son riche cadre italien d’origine à décor de feuilles d’acanthes, cartouches, perles et fleurs.

Inscription ancienne au crayon de papier au dos « Sarah Bernhardt ».

 

VERS 1870-1880.

 

Dimensions :

Aquarelle 26,5 x 16,5 cm.

Cadre 49 x 41 cm.

 

Attilio Simonetti (Rome, 1843 - 1925) :

Attilio Simonetti était un peintre italien et antiquaire. Fils de François Simonetti, orfèvre et sculpteur romain, et de Caroline Raffaelli, qui appartenait à une célèbre famille spécialisée dans l’art de la mosaïque. Attilio compte parmi ses ancêtres Giacomo Raffaelli (1753-1836), dont la mosaique représentant la Dernière Cène de Léonard de Vinci, exécutée en 1818, a été acheté par l'empereur François Ier d'Autriche et placé dans l'église des Frères Mineurs à Vienne.

Attilio Simonetti commença des études artistiques à l’âge de seize ans à l’Académie de Saint-Luc. Dès son jeune âge Attilio a montré un vif intérêt pour la peinture et le dessin, ce qui le fait connaitre et apprécier par le peintre espagnol Mariano Fortuny (1838-1874), devenant ainsi le disciple et ami de ce célèbre peintre. Ils partagèrent le même atelier sur la Via Flaminia à Rome.

En 1868, il expose deux œuvres à la Galerie Brera à Milan sur le thème des vieux quartiers de Rome. A l’Exposition nationale des Beaux-Arts à Naples en 1877, il présente deux peintures qui ont été achetés par le prince Umberto, qui quelques mois plus tard allait devenir roi d'Italie sous le nom d'Umberto I. A Naples, au cours d'un de ses nombreux voyages avec Mariano Fortuny, il se lie d'amitié avec le peintre Filippo Palizzi (1818-1899. En 1875, il est parmi les fondateurs de l'Association des Aquarellistes Romains, qui prirent une part active jusqu'en 1883.

Il a été l'exécuteur testamentaire de son ami Mariano Fortuny, puis a commencé à chercher de plus en plus des antiquités, avec une attention particulière à l'art antique. Le palais Odescalchi dans la Via Vittoria Colonna, qu’il acheta en 1904, devint le siège de sa galerie d'antiquités et de son atelier de peintre. Il comptât parmi ses clients de très grands collectionneurs comme Pierpont Morgan et Lord William Waldorf Astor.

Certaines de ses œuvres sont actuellement conservées à la Galleria d'Arte Moderna de Milan, au Museo di Capodimonte à Naples, au Metropolitan Museum à New York...

 

Attilio Simonetti (1843-1925), Portrait de Sarah Bernhardt, aquarelle
Attilio Simonetti (1843-1925), Portrait de Sarah Bernhardt, aquarelle
Attilio Simonetti (1843-1925), Portrait de Sarah Bernhardt, aquarelle
Attilio Simonetti (1843-1925), Portrait de Sarah Bernhardt, aquarelle
Attilio Simonetti (1843-1925), Portrait de Sarah Bernhardt, aquarelle
Attilio Simonetti (1843-1925), Portrait de Sarah Bernhardt, aquarelle
Attilio Simonetti (1843-1925), Portrait de Sarah Bernhardt, aquarelle
Attilio Simonetti (1843-1925), Portrait de Sarah Bernhardt, aquarelle
Attilio Simonetti (1843-1925), Portrait de Sarah Bernhardt, aquarelle
Attilio Simonetti (1843-1925), Portrait de Sarah Bernhardt, aquarelle
Attilio Simonetti (1843-1925), Portrait de Sarah Bernhardt, aquarelle

Partager cet article

Repost0
8 avril 2014 2 08 /04 /avril /2014 15:41

 

 

3

 

 

Hermann Rudisuhli

 (1864-1944)

École Suisse de la Belle Époque.

 

 "Jardin de Méditerranée"

Belle aquarelle signée en bas à gauche.

Beau paysage de bord de mer avec un paysage luxuriant de fleurs, de palmiers, de cyprès et un temple à rotonde.

Cadre en bois de style Louis XVI à décor de canaux et de feuilles de la fin du XIXème siècle.

Dimensions :
Aquarelle 19,5 x 39 cm.
Cadre 25,7 x 45,3 cm.

En parfait état.

 

2

 

 

4

 

 

5

 

 

1

 

 

P1360316

 

 

P1360314

 

 

P1360306

 

 

P1360311

 

 

 

Partager cet article

Repost0
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 10:41

 

 

antiquaire 4 189

 

 

 

JEAN FRANCOIS LEGENDRE-HERAL

(Montpellier 1796 - Marcilly 1851)

   

 

"Guerrier Mourrant"

 

 

Très beau dessin néo-classique au lavis.

 

Superbe cadre en bois doré à décor de feuilles de lauriers du XIXème siècle.

 

 

Dimensions :

Dessin 26 x 19,5 cm.

Cadre 44,5 x 38,5 cm.

 

 

Les dessins de ce sculpteur sont rarissimes.

 

 

 

legendre heral Jean françois Legendre-Héral

  

 

 

Il est le fils d'Étienne Louis Legendre, employé des postes et de Jeanne Falque. Devenue veuve, sa mère épouse en secondes noces monsieur Héral, un musicien. C'est ce dernier qui va faire découvrir les arts au jeune Jean-François et lui permettre d'intégrer l'École de Dessin de Lyon où il reçoit l'enseignement de Joseph Chinard et de Joseph Charles Marin. Il obtient en 1817 une bourse de la ville pour un voyage à Rome. Pour rendre hommage à son beau-père, il rajoute le nom de celui-ci au sien : Legendre-Héral.

Un an plus tard, il est nommé professeur à l'école de dessin de Lyon, où Jean-Marie Bonnassieux et Hippolyte Flandrin sont ses élèves.

En 1825 il est à Paris pour traiter, avec la députation de l'Hérault, de la réalisation d'une statue équestre de Louis XIV pour la ville de Montpellier.

Il se marie, et son fils Charles épouse une américaine puis part aux États-unis où il devint général pendant la Guerre de Sécession, puis ambassadeur en Chine, au Japon, enfin ministre. Il sert de modèle à son père, en particulier pour la statue de Giotto dans le jardin Saint-Pierre à Lyon.

La ville de Lyon lui passe des commandes importantes : Henri IV (1829, fronton de l'Hôtel de Ville), décoration du palais de Justice (1847, tympan et frise), Saint Just et Saint Irénée pour l'église Saint-Just (1828), La Vierge et saint Jean (1837, cathédrale de Lyon) et plusieurs tombes au cimetière de Loyasse.

Démissionnaire de son poste d'enseignant en 1838, il part pour Paris en 1839 et obtient des commandes de l'État : pour l'église Saint-Pierre-Saint-Paul (Saint Paul, 1845), pour Saint-Denis-du-Saint-Sacrement, pour l Ecole des Mines, pour Versailles (Achille de Halay, 1840), et pour le Jardin des Plantes (Jussieu, 1842).

Le peintre François Marius Granet, son ami, lui commande vers 1843 les médaillons de Michel-Ange et Raphaël pour sa maison, et son buste.

 

 

 

 

Liste de ses oeuvres connues :

 

  • 1814, L'Amour endormi
  • 1817, Narcisse se mirant dans l'eau, Salon des Artistes Français de 1817
  • 1817, Hébé, Salon des artiste français de 1817
  • 1818, L'Abbé Chazette, buste en plâtre polychrome de l'ancien curé de la Croix-Rousse, Salon des artistes français de 1818.
  • 1819, Jeune lutteur, Salon des artistes français de 1819.
  • 1819, La Princesse de Neufchâteau, Salon des artistes français de 1819.
  • 1820, Jeanne d'Arc, buste, musée des beaux-arts de Blois.
  • 1821, Léda et Jupiter, statue en marbre, musée des beaux-arts de Lyon.
  • 1822, Eurydice piqué par un serpent, musée des beaux-arts de Lyon, réplique exécutée en 1831 pour le musée des beaux-arts de Bordeaux.
  • 1824, Buste de femme, marbre de Carrare.
  • 1824, Leda et jupiter, plâtre, musée des beaux-arts de Lyon.
  • 1824, Othryadès blessé, Salon des artistes français de 1824.
  • 1824-1828, Buste de Philibert Delorme, marbre, musée du Louvre.Une copie de 1836 est conservée au musée des beaux-arts de Lyon.
  • 1825, Buste de Marc-Antoine Petit, pour l'Hôtel-Dieu de Lyon.
  • 1825, Buste de  François Grognard(1748-1823), négociant lyonnais en soie, bienfaiteur du musée. Buste en marbre et un exemplaire en plâtre, musée des beaux-arts de Lyon.
  • 1825, Buste de Claude Pouteau, marbre, orne un des angle de la salle du Dôme de l'Hotel-Dieu de Lyon.
  • 1825, Apôtres, bas-reliefs rectangulaires en plâtre destinés à la décoration du maître-autel de l'église Notre-Dame de Brou à Bourg-en-Bresse.
  • 1825, Apôtre, plaques rectangulaires en plâtre, dont le sommet est en demi-cercle; bas-reliefs destinés à la décoration du maître-autel de l'église Notre-Dame de Brou( Bourg-en-Bresse)
  • 1825, Le Christ et les douze apôtres, ensemble de statuettes à l'église Notre-Dame de Bourg-en-Bresse sur le maître-autel de l'ancien Grand Séminaire de Brou, dessiné et commandé par MgrDevie.
  • 1826, Buste de Nicolas Marie Jean Claude Fay de Sathonay(1762-1812), comte de Sathonay, maire de Lyon. Marbre commandé par la ville de Lyon pour l'Hôtel de Ville. Musée des beaux-arts de lyon.
  • 1826, Buste de Paul-Joseph Barthez(1734-1806), docteur en médecine. La statue en bronze de Paul-Joseph Barthez se trouvant à l'entrée de l'université est inspirée de son œuvre, et deux copies à l'identique de son buste sont conservées au musée Atger et dans le hall de la Faculté de Médecine de Montpellier. 
  • 1827, La Charité, bas-relief pour l'Hospice de la Charité de Lyon.
  • 1827, Buste de Nicolas Coustou, marbre. Commande de l'État pour la galerie du Louvre dont une réplique est conservée au musée des beaux-arts de Lyon. Salon des Artistes Français de 1827.
  • 1828, Saint Jean et Saint Paul, église Saint Irénée de Lyon, chapelle du bas-côté Sud.
  • 1828, Saint Just et Saint Irénée, église Saint Irénée de Lyon.
  • 1828, Martyr de Saint Irénée, église Saint Irénée de Lyon.
  • 1829, Buste de Pierre Flandrin dit le Père Flandrin, marbre.
  • 1829, Henri IV, hôtel de ville de Lyon. La tête en calcaire de cette œuvre, abimée par la pollution, fut remplacée par un moulage lors de la restauration de 1985. L'originale est aux musées Gadagne.
  • 1829, Buste d''Antoine-Marie Chenavard (1787-1883), architecte.
  • 1830, Les Quatre Évangélistes, quatre sculptures, disparues lors de la restauration de l'Eglise Saint-Paul de Lyon en 1901.
  • 1830, Buste de Louis-Philippe, duc d'Orléans , roi de France, plâtre dont l'artiste se propose d'en faire tirer des copies en fonction des commandes dans une lettre en date du 27 septembre 1830 destinée au Préfet. Hôtel de ville de Lyon.
  • 1831, Jeune fille s'amusant avec un perroquet, collection Prosper Chappet à Lyon.
  • 1831, Eurydice piqué par un serpent, marbre, réplique de la statue de 1821, musée des beaux-arts de Bordeaux.
  • 1832, Général Barthélémy Joubert, musée Chintreuil à Pont-de-Vaux.
  • 1832, Buste du Docteur Ennemond Eynard en Hermés, marbre, musée des beaux-arts de Lyon.
  • 1833, Silène, marbre, musée de Grenoble.
  • 1833, Silène ivre, réplique en marbre, musée des beaux-arts de Lyon.
  • 1834, Buste de Bernard de Jussieu, marbre, musée des beaux-arts de Lyon.
  • 1835, Buste de Pierre Puget, marbre, Salon des artistes français de 1835, musée Fabre de Montpellier.
  • 1835, Buste d'André Claude Dussaussoy, marbre, Hôtel-Dieu de Lyon, salle du grand Dôme.
  • 1835, Buste de Bernard de Jussieu, plâtre, Salon des Artistes Français de 1835, musée des beaux-arts de Lyon.
  • 1836, Buste de Nicolas Coustou, marbre, musée des beaux-arts de Lyon. 
  • 1836, Buste de Philibert de L'Orme, marbre, copie du buste de 1824 pour la musée des beaux-arts de Lyon.
  • 1836, Buste de Claude Camille Pierre Etienne Pernon(1753-1808), industriel et juriste lyonnais, qui contribua à la fondation du musée. Marbre, musée des beaux-arts de Lyon .
  • 1836, Buste de Pierre Poivre, marbre, chambre de commerce et d'industrie de Lyon.
  • 1837, Jean-Emmanuel Gilibert, plâtre, musée des beaux-arts de Lyon.
  • 1837, Buste d''André Marie Constant Duméril, muséum d'Histoire Naturelle de Paris.
  • 1837, Dauphins, projet pour la fontaine de Trion à Lyon (non installés).
  • 1837, Buste de Flandrin, père d'Hippolyte Flandrin, marbre, musée du Louvre.
  • 1837, La Vierge et Saint-Jean, église Saint-Jean de Lyon.
  • 1838, Jean Armand de Maillé-Brézé, plâtre, château de Versailles.
  • 1838, Giotto enfant, dessinant sur le sable, plâtre, Salon des artistes français. Bronze conservé au jardin du palais Saint-Pierre à Lyon.
  • 1838, Buste de Camille de Tournon-Simiane, comte de Tournon ; Buste, Salon des artistes français de 1838.
  • 1840, Minerve, marbre, musée des beaux-arts de Lyon.
  • 1840, Achille de Harlay, commande pour le château de Versailles.
  • 1840, Buste de Claude-françois Ménestrier, marbre, musée des beaux-arts de Lyon.
  • 1841, Prométhée, bronze.
  • 1841, Giotto enfant dessinant sur le sable, marbre, Salon des artistes français de 1841, musée de Montpellier
  • 1842, Antoine-Laurent de Jussieu, Salon de 1842, Jardin des Plantes de Paris.
  • 1842, Giotto enfant dessinant sur le sable, bronze, jardin du palais Saint-Pierre de Lyon.
  • 1842, Giotto dessinant sur le sable, plâtre, musée de la Chartreuse de Douai.
  • 1843, Michel-Ange et Raphael, médaillons commandés par François Marius Granet.
  • 1843, Buste de françois Marius Granet, Salon des artistes français de 1843, musée des beaux-arts d'Aix-en-Provence.
  • 1843, Anne-Robert-Jacques Turgot, marbre, musée des beaux-arts de Lyon. Également au palais du Luxembourg.
  • 1843, Buste du duc d'Orléans, Salon des artistes français.
  • 1844, Portrait en médaillon de François Boucher.
  • 1844, L'Éveil de l'âme, Salon de 1844. Palais de Saint-Cloud, détruit dans l'incendie de 1871.
  • 1847, Prométhée attaché sur le Caucase, Salon de 1847.
  • 1847, Buste de MmeBourdon, née Corinne Chenavard.
  • 1847, La Ville de Lyon accueille les Arts, le Commerce, l'Industrie et l'Agriculture, bas-relief, entrée du palais de Justice de Lyon, salle des Pas Perdus (mur Est).
  • 1849, Saint-Pierre, Eglise Saint-Denys du Saint-Sacrement, Paris.
  • 1849-1850, Buste de françois Marius Granet, marbre, Institut de France.
  • 1849-1850, Fronton pour l'école des Mines de Paris, plâtre.
  • 1850, Prométhée, marbre.
  • La mort d'Epaminondas, non localisé.
  • Portrait du préfet Lezay Marnesia en Hermès, plâtre, musée des beaux-arts de Lyon.
  • Buste de Nicolas Poussin, non localisé
  • Eugénie Legendre-Héral, médaillon en terre-cuite. Elle fut mariée à son oncle J. Wable-Héral, musée du Louvre.
  • Claude Le Coffre, médaillon en bronze conservé à Vourles.
  • François Marius Granet,marbre, musée Granet d'Aix-en-Provence.

 

  Bibliographie :

  • Stanislas Lami, Dictionnaire des Sculpteurs de l'École française du XIXe siècle, Paris, réédition de 1970, p. 289.
  • Catherine Chevillot, La sculpture au XIXe siècle à Lyon : école ou École ?, dans Le Temps de la Peinture, Lyon 1800-1914, exposition, musée des beaux-arts de Lyon, 2007, Fage éditions, Lyon, 2007, pp. 144–151.
  • Jean-Marie Bonnassieux, le modèle de Giotto enfant de Legendre-Héral dans la Revue du Lyonnais, 1886, I, p. 354.

 

 

antiquaire 4 209

 

 

antiquaire 4 177

 

 

antiquaire 4 181

 

 

antiquaire 4 180

 

 

antiquaire 4 179

 

 

antiquaire 4 174

 

 

 

 

  ********************************

 

 

 

  Quelques oeuvres de Jean François Legendre-Héral dans les musées :

 

 

 

leda et le cygne mba lyon

  J.F.Legendre-Héral, Léda et le Cygne, Musée des Beaux-Arts de Lyon

 

   legendre heral jeanne d'arc mba lyon

  J.F.Legendre-Héral, Jeanne d'Arc, Musée des Beaux-Arts de Lyon

     

 legendre heral henri 4

  J.F.Legendre-Héral, Henri IV, façade de l'hôtel de Ville de Lyon

     

 

legendre heral joubert

  J.F.Legendre-Héral, Géneral Joubert

 

     legendre heral coustou mba lyon

  J.F.Legendre-Héral, Nicolas Coustou, Musée des Beaux-Arts de Lyon

 

   legendre heral giotto mba lyon

  J.F.Legendre-Héral, Giotto, Musée des Beaux-Arts de Lyon

 

   legendre heral sathonay maire de lyon mba lyon

  J.F.Legendre-Héral, comte nicolas de Sathonay maire de Lyon, Musée des Beaux-Arts de Lyon

 

      

legendre heral minerve

  J.F.Legendre-Héral, Minerve, Musée des Beaux-Arts de Lyon

 

       legendre heral maille breze versailles

  J.F.Legendre-Héral, Jean Armand de Maillé-brézé, Chateau de Versailles

 

 

 

 

********************************

 

 

 

 

 

 

antiquaire 4 188

 

 

 

Partager cet article

Repost0
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 18:26

 

 

antiquaire 314

 

 

 

LUIGI LOIR

(Gorritz 1845 - Paris 1916)

 

"La Rue de Rivoli et la Tour Saint Jacques"

 

Dessin signé en bas à droite.

 

Croquis au crayon noir.

 

Cadre à canaux en bois doré.

 

Dimensions :

Dessin 12 x 19 cm.

Cadre 25 x 31,5 cm.

 

Acquis par l'ancien propriétaire à la Galerie Paul Prouté, rue de Seine à Paris, en 1976.

 

 

********************

 

 

Luigi Aloys François Joseph Loir est né à Gorritz en Autriche de parents français; ses parents étaient au service des belles-filles de Charles X,  Marie-Caroline de Bourbon et la Duchesse d'Angoulême en qualité de valet et de gouvernante. Après des études à l'Académie des Beaux arts à Parme, il se rend à Paris en 1863 et travaille dans l'atelier du peintre et décorateur Jean Pastelot (1820-1870). Deux ans plus tard il envoie un Paysage de Villiers-sur-Seine au Salon, où il est bien reçu.
 
En 1870, pendant la Guerre franco-prussienne, Loir s'est distingué à la bataille du Bourget. En 1875 il épouse Marie-Louise Raynaud et vit à Neuilly et Paris. Son fils Jules est devenu un artiste et sa soeur Marie peintre en miniatures.
 
Loir s'est spécialisé dans les paysages urbains de Paris. Il a combiné l'observation élégante de Jean Béraud avec une lumière et une touche plus impressionniste. Comme le dit un célèbre critique artistique de l'époque Octave Uzanne : ' Jean Béraud peint les Parisiens de Paris et Luigi Loir peint le Paris des Parisians". Dans ses peintures postérieures, Loir a développé une touche beaucoup plus libre, Ses scènes de la rue et ses vues de la côte de Normandie ont établi sa réputation. Loir a aussi illustré des textes littéraires et a fait des caricatures charmantes pour des périodiques, ainsi que des illustrations publicitaires pour les sociétés de chemin de fer qui se développent ou pour le fabricant de biscuits Léfevre-Utile, qui a aussi employé Mucha. 

Il a exposé régulièrement à la Société des Artistes Français et il reçut des médailles en 1879 et 1889. En 1898 on lui  attribue la Légion d'Honneur.
 
Le travail de Luigi Loir est représenté à l'Hôtel de Ville de Paris; le Musée Carnavalet, Paris; le Musée des Beaux-Arts de Nice; le Musée de Rouen; le Musée de Bordeaux; le Musée d'Avignon, le Musée de Nantes...

 

 

**********************

 

 

antiquaire 301

 

 

antiquaire 306

 

 

antiquaire 312

 

 

antiquaire 323

 

 

antiquaire 331

 

 

antiquaire 333

 

 

 

Partager cet article

Repost0
21 mars 2013 4 21 /03 /mars /2013 00:51

   

 

antiquaire 300

 

 

 

Lucien Faure-Dujarric

(Montignac en Dordogne 1828 - Paris 1904) 

 

 

"Salle des Pas Perdus du Palais de Justice de Paris"

 

 

Rare dessin d'architecte signé en bas à gauche "Dujarric" et daté 1864.

 

Cartouche contenant l'inscription : "Salle des Pas Perdus, Palais de Justice de Paris avec le Nouvel Escalier des Chambres Civiles, 1864"

 

Partie basse avec le plan de la salle et légende relatant la construction de ce monument.

 

Beau cadre à canaux dit "Barbizon" d'époque Napoléon III.

 

Dimensions :

Dessin 31,2 x 23,2 cm.

Cadre 44 x 36 cm.

 

Lucien Faure-Dujarric est un architecte et dessinateur français.
Il fut aussi expert près les Tribunaux d'où sa grande familiarité avec le Palais de Justice de Paris qu'il reproduisit à maintes reprises. Au cours de sa carrière, il a été inspecteur des services extérieurs du Ministère de l’agriculture et du Commerce (1879) puis inspecteur des services sanitaires du Ministère de l’Intérieur (1899). Du fait de cette fonction, il a été membre du comité d’hygiène publique de France de 1879 à son décès.

Il entre en 1879 à la Société Centrale des Architectes Français et en 1887 à la Société des Amis des Monuments Parisiens.
Chevalier de la Légion d’honneur en 1884, Officier en 1899.

 

 

 

antiquaire 272

 

 

antiquaire 292

 

 

antiquaire 296

 

 

antiquaire 275

 

 

antiquaire 277

 

 

antiquaire 279

 

 

antiquaire 295

 

 

antiquaire 282

 

 

antiquaire 267

 

 

 

*******************************

 

 

 Quelques oeuvres de Lucien Faure-Dujarric sur le Palais de Justice de Paris :

 

 

 

faure-dujarric cour st martin au palais de justice 1867

  L.Faure-Dujarric, Cour Saint-Martin au Palais de Justice de Paris, 1867, gravure,

 

 

lucien faure-dujarric nouvelle conciergerie palais de justi

  L.Faure-Dujarric, Nouvelle Conciergerie au Palais de Justice de Paris, 1863, Musée des Beaux-Arts du Canada, Ottawa

 

 

******************************

 

 

 

antiquaire 285

 

 

antiquaire 286

 

 

 

Partager cet article

Repost0
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 14:15

 

 

J- theodore henri mansson, moret

 

 

 

THEODORE HENRI MANSSON

( 1811 - 1850 )

 

 

"Vue de Moret-sur-Loing"

 

 

1846

 

 

Superbe aquarelle signée datée et située en bas à droite :

"MANSSON 1846 (MORET)"

 

 

Cadre en bois doré de style louis XVI.

 

 

Superbe maîtrise de la technique de l'aquarelle.

 

Grande fraîcheur des coloris. 

 

Une des plus belles oeuvres connues de cet artiste. 

 

 

 

Dimensions :

Aquarelle 26 x 35 cm.

Cadre 42 x 51,5 cm 

 

 

 

Provenance :

- Acquis par l'ancienne propriétaire à l'Hôtel-Drouot à Paris.

Collection de Madame D-P, bel appartement de l'Avenue Paul-Doumer au Trocadéro à Paris (16ème arrondissement).

 

 

Théodore Henri Mansson (1811-1850) est un peintre d'architecture et aquarelliste français. Il exposa au Salon de 1834 à 1849. Mansson fut très influencé par le célèbre ouvrage du baron Taylor "Voyages pittoresques et romantiques dans l'ancienne France".  Très attaché à la Normandie, il illustra dans ses oeuvres tout le pittoresque architectural de sa région.

 

 

 

blog art 313

 

 

blog art 306

 

 

blog art 286

 

 

blog art 312

 

 

blog art 297

 

 

blog art 321

 

 

blog art 320

 

 

blog art 303

 

 

blog art 298

 

 

blog art 284

 

 

 

Partager cet article

Repost0
28 octobre 2012 7 28 /10 /octobre /2012 13:01

 

 

blog art 254

 

 

 

THEODORE HENRI MANSSON

( 1811 - 1850 )

 

"Vue de la Cathédrale Saint-Pierre de Lisieux"

 

Aquarelle signée et datée en bas à gauche : "Mansson 47"

 

Cadre en bois doré de la fin du XVIIIème siècle.

 

Superbe maîtrise de l'aquarelle.

 

Couleurs très fraîches.

 

Dimensions :

Aquarelle 24,5 x 17 cm

Cadre 45,5 x 38 cm.

 

Provenance :

- Acquis par l'ancienne propriétaire chez Christie's à Paris.

Collection de Madame D-P, bel appartement de l'Avenue Paul-Doumer au Trocadéro à Paris (16ème arrondissement).

 

 

Théodore Henri Mansson (1811-1850) est un peintre d'architecture et aquarelliste français. Il exposa au Salon de 1834 à 1849. Mansson fut très influencé par le célèbre ouvrage du baron Taylor "Voyages pittoresques et romantiques dans l'ancienne France".  Très attaché à la Normandie, il illustra dans ses oeuvres tout le pittoresque architectural de sa région.

 

 

 

blog art 279

 

 

blog art 264

 

 

blog art 276

 

 

blog art 272

 

 

blog art 270

 

 

blog art 246

 

 

blog art 257

 

 

blog art 275

 

 

blog art 242

 

 

 

Partager cet article

Repost0
16 octobre 2012 2 16 /10 /octobre /2012 20:24

 

 

bis 118

 

 

 

Alphée de Regny

 

(Lyon 1799 - Genève 1881) 

 

"Quai de Margellina à Naples"

 

 

Dessin à la mine de plomb et gouache blanche.

 

Signé et daté en bas à droite "a.regny 1839".

 

Dessin préparatoire pour le tableau conservé au Musée des Beaux-Arts de Lyon.

 

Beau cadre en bois doré à décor de perles et feuilles d'acanthes.

 

 

Dimensions :

Dessin 19 x 33 cm.

Cadre 38 x 51 cm.

 

Provenance :

- Galerie Mazarini, Lyon, catalogue d'exposition décembre 1999.

- Collection de Madame D-P, bel appartement de l'Avenue Paul-Doumer au Trocadéro à Paris (16ème arrondissement).

 

 

Alphée de Regny est un peintre de portraits, de paysages et d'architectures..Il partageait son temps entre ses ateliers de Paris et de Genève. De 1831 à 1842, il exposa au Salon de Paris où il reçut une médaille en 1838.

Il est célèbre surtout pour ses paysages de ports italiens avec une précision idéalisée, qui l'a fait comparer par ses contemporains à Joseph Vernet.

Certaines de ses oeuvres sont conservées dans les musées de Lyon, Versailles, Château de la Malmaison, Berne...

 

 

Bibliographie :

- Gérard Schurr : Les Petits Maitres de la Peinture 1820-1920, Valeur de Demain, Éditions de l'Amateur, tome IV, Paris 1979.

- E.Benezit, Dictionnaire des Peintres Sculpteurs Dessinateurs et Graveurs, tome 11, Grund 2002

 

 

 

 

bis 161

 

 

bis 154

 

 

bis 157

 

 

bis 153

 

 

bis 130

 

 

bis 129

 

 

bis 127

 

 

bis 145

 

 

bis 147

 

 

bis 152

  Alphée de Regny, "Quai de Margellina à Naples", Lyon, Palais Saint-Pierre, Musée des Beaux-Arts

 

 

 

bis 123

 

 

bis 139

 

 

bis 138

 

 

 

 

*******************************

 

 

 

Quelques oeuvres d'Alphée de Régny :

 

 

a de regnu famille de pecheur sur la cote d'amalfiAlphée de Regny, Famille de pêcheurs sur la cote d'Amalfi, Dobiaschofsky Auktionen Berne Suisse, adjugé 5800 €.

 

 

a de regny apres midi au large du cap de pausilippeAlphée de Regny, Après midi au large du Cap de Pausilippe, Sotheby's Paris, adjugé 7000 € + frais

 

 

a de regny barque sur la plage 1830Alphée de Regny, Barque avec pêcheurs sur un rivage d'Italie, Kanh-Dumousset Hôtel-Drouot, adjugé 4300 € + frais

 

c51bdb3483Alphée de Regny, Retour de pêche dans la baie de Naples, 1837, adjugé 7500 € + frais 

 

 

*********************************

 

 

 

bis 124

 

 

 

Partager cet article

Repost0
6 juin 2012 3 06 /06 /juin /2012 21:05

 

 

blog 248

 

 

 

Attribué à

 

DOMINIQUE PAPETY

(Marseille 1815 - 1849)  

 

"Portrait d'Italienne en Costume Traditionnel"  

 

Aquarelle

 

Cadre "baguette à dessin" en bois doré.

 

 

Dimensions :

aquarelle 27,2 x 18,5 cm

cadre 43,4 x 36 cm

 

 

Né à Marseille, rue de la Longue des Capucins, ou son père exerçait la profession de savonnier, il apprit le dessin avec Augustin Aubert (1781-1857) et intègre, en 1835, l'Atelier de Léon Cogniet à l'École Nationale Supérieure des Beaux-Arts de Paris, En 1836, il obtient le Premier Grand Prix de Rome ; le thème étant un sujet biblique sur Moïse frappant le Rocher pour faire jaillir une source.

Il part pour la Villa Médicis à Rome ou il séjourne de 1837 à 1842, il subit l'influence d'Ingres qui admire beaucoup son élève et dira de lui « Ce ne fut jamais un élève, c'était un maître dès qu'il toucha un pinceau ». Pendant son séjour en Italie, il réalisa des peintures dans le style néogrec (Femmes grecques à la fontaine,1841, Louvre).  Il fait la connaissance de françois Sabatier, grand amateur d'antiquités, avec lequel il se lie d'amitié et qu'il accompagne en Grèce entre avril et août 1846. Il voyagea en Grèce (1846-1847), en Syrie et en Palestine (nombreux dessins du voyage en Grèce au Louvre, notamment une belle série d'aquarelles d'après les fresques du mont Athos). Il rapportera de ce voyage des centaines de dessins, et publiera en 1847 un rapport de se voyage dans la Revue des Deux-Mondes. Il peignit pour le château de Versailles (Guillaume de Clermont défend Ptolemaïs, Jeanne d'Arc devant Charles VII, 1845). Il est influencé par les idées de Charles Fourier et c'est à partir de ses théories qu'il va peindre son tableau le plus célèbre : Le Rêve du Bonheurconservé au Musée Vivenel de Compiègne. Il fait un second voyage, en août 1847 suite au couronnement du roi de Grèce Othon 1er, et va rapporter une documentation qui servira entre autres pour la décoration du Panthéon de Paris sous la direction de Chenavard. De ce voyage comme du précédent, il rapporte une somme considérable de documentation, enrichissant la connaissance des costumes, paysages, monuments, et coutumes locales, annotant ses dessins de remarques, ce qui en fait un journaliste, un véritable ethnologue et un documentaliste pour les sites archéologiques. Sur proposition du duc de Montpensier, il est invité pour représenter la cour et la famille royale dans une scène, commémorant un événement récent la visite des monuments d'Athènes le 12 septembre 1845. Il rentre à Marseille, malade du choléra contracté en Morée. Au cours d'un séjour en Camargue, ses accès de fièvre redoublent ; il vient mourir à Marseille, âgé de seulement 34 ans en 1849, au sein de sa famille. Le choléra qui désolait la région empêche les artistes de faire une imposante manifestation à ses funérailles.

 

Des tableaux de lui, remarquables par leur goût de l'archéologie antique et leur intelligente assimilation de la leçon ingresque, se trouvent aux musées de Marseille (Consolatrix afflictorum, le Passé, le Présent et l'Avenir),de Nantes (Prière à la Madone)et de Compiègne (le Rêve du bonheur,1843). Papety, emporté jeune comme beaucoup d'artistes romantiques, reste surtout comme l'un des grands dessinateurs du siècle, varié, délicat et puissant tout à la fois (belle collection de dessins, notamment du séjour italien, au musée de Montpellier).

 

 

 

blog 266

 

 

blog 250

 

 

blog 251

 

 

blog 271

 

 

 

********************

 

Quelques oeuvres de Dominique Papety :

 

 

papety 2 paysannes et un enfant paris musee hebert

Dominique Papety, Deux Paysannes et une Enfant, Paris Musée Hébert

 

 

 

papety musiciens italiens paris musee hebert

Dominique Papety, Musiciens Italiens, Paris Musée Hébert

 

 

 

papety paysanne italienne avec son enfant wallace collectio

 Dominique Papety, Paysanne Italienne et son Enfant, Londres, Wallace Collection

 

 

 

papety paysanne italienne wallace

 Dominique Papety, Paysanne Italienne, Londres, Wallace Collection

 

 

 

********************

  

 blog 246

 

 

 

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : desarnaud-antiquaire.over-blog.com
  • : Tableaux, Dessins, Estampes, Sculptures, Mobilier et Objets d'Art du XIXème Siècle, avec un accent particulier pour les époques Empire - Restauration Charles X - Louis Philippe.
  • Contact

Retour à la page d'accueil

 450410-1assiette-or-2n 

   

Recherche

Au coeur du Carré Rive Gauche

Galerie Desarnaud

Nicolas Megnier-Perbet

5, rue de beaune

75007 PARIS

01 42 61 78 74

galeriedesarnaud@yahoo.fr

 

La galerie est ouverte du mardi au samedi, de 14 h à 18 h.

Le matin sur rendez-vous .

 

La galerie a été crée en hommage à Marie Jeanne Rosalie Desarnaud (1775-1842), fondatrice de "L'Escalier de Cristal" au Palais-Royal, célèbre sous la Restauration pour ses objets de cristal montés sur bronze doré. Outre du cristal des manufactures de Montcenis-Le Creusot, Baccarat, Vonèche... la galerie vous présente une sélection de dessins et de tableaux néo-classiques et romantiques, de sculptures, de mobilier et d'objets d'art de la première moitié du XIXème siècle avec un accent particulier pour le Charles X.

Nicolas Megnier-Perbet, diplomé de l'Ecole du Louvre et de Paris-IV Sorbonne, sera heureux de vous recevoir pour vous faire découvrir ses trouvailles.

 

note importante :

Par mesure de sécurité tous les objets ne sont pas conservés à la galerie. Si vous souhaitez voir un objet précis, merci de me contacter avant votre visite.