Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 11:52

 

 

Miniature, Dame au Bonnet Blanc, Début 19ème Siècle

 

Ravissante petite miniature montée en broche :

Portrait d'une Dame au Bonnet Blanc.

 

Miniature sur ivoire.

 

DEBUT DU XIXème SIECLE.

 

Dimensions :

2,4 x 1,9 cm.

 

Miniature, Dame au Bonnet Blanc, Début 19ème Siècle
Miniature, Dame au Bonnet Blanc, Début 19ème Siècle
Miniature, Dame au Bonnet Blanc, Début 19ème Siècle
Miniature, Dame au Bonnet Blanc, Début 19ème Siècle
Miniature, Dame au Bonnet Blanc, Début 19ème Siècle
Miniature, Dame au Bonnet Blanc, Début 19ème Siècle
Miniature, Dame au Bonnet Blanc, Début 19ème Siècle
Miniature, Dame au Bonnet Blanc, Début 19ème Siècle

Partager cet article

Repost0
24 septembre 2015 4 24 /09 /septembre /2015 10:58

 

 

SUPPRESSION DU RAYON MODE, ACCESSOIRES DE MODE ET TISSUS ANCIENS.

 

ANCIEN PRIX : 480 €

NOUVEAU PRIX : 290 €

(Envoi en colissimo recommandé à la charge de l’acquéreur : Pour la France 15 €)

 

Nécessaire à Couture en Vermeil

 

Ravissant nécessaire à couture en vermeil.

 

Ensemble complet composé de trois pièces.

Dé à coudre ornée de deux colombes se becquettant.

Etui à aiguilles et paire de ciseaux ornés de frises de feuilles d'acanthes et de fleurs.

 

Poinçons Crabe (utilisé à partir de 1838) et poinçons d'orfèvre "LF"

Dans son coffret d'origine de couleur rouge.

 

EPOQUE FIN XIXème SIECLE.

 

Dimensions :

Coffret : 12,2 cm de longueur x 6,2 cm de largeur.

Poids brut des trois pièces : 18 g.

 

Vermeil dans un état parfait.

Très grande qualité de ciselure.

 

Nécessaire à Couture en Vermeil
Nécessaire à Couture en Vermeil
Nécessaire à Couture en Vermeil
Nécessaire à Couture en Vermeil
Nécessaire à Couture en Vermeil
Nécessaire à Couture en Vermeil

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2015 6 12 /09 /septembre /2015 08:37

 

 

Jean Baptiste Berré, "Les Vaches", huile sur toile, 1835

 

JEAN BAPTISTE BERRE

(Anvers 1777 - 1838)

 

"Les Vaches au paturage"

 

Huile sur toile d'origine signée et datée en bas à droite :

"J.Berré 1835"

 

Dans son beau cadre d'origine en bois doré richement sculpté de rinceaux d'acanthes, de fleurs, coquilles...

 

Dimensions :

Vue : 48 x 58,5 cm.

Cadre : 69,5 x 81 cm.

 

Vendu dans son "jus".

 

Jean-Baptiste Berré, né en 1777 à Anvers en Belgique et mort en 1838 dans la même ville, est un peintre animalier, paysagiste et peintre de nature morte flamand.

Elève de l'Académie de Peinture d'Anvers, il y reçoit l'enseignement de Guillaume Herreyns et Balthasar Ommeganck.

Il se fixe en 1808 à Paris, où il devient le peintre animalier attitré du Jardin du Roi. Il occupe même un logement au sein de cette institution à partir de 1812.

C’est au Salon français de 1814 que l’artiste anversois se fit remarquer et commença à établir sa réputation ; il y exposa Romulus et Remus allaités par la louve et Une lionne avec ses lionceaux, tableau peint d’après nature, à la ménagerie royale.

À la demande de son collègue de la Ménagerie Royale Georges Cuvier, Jean-Baptiste Berré y réalise en avril 1815 un portrait de la « Vénus hottentote » Saartjie Baartman. Il s'agit d'une huile sur bois d'une facture soignée et sensible, dont le dessin réaliste la représente nue sous quatre angles différents.

D'abord paysagiste et peintre de natures mortes, Berré se consacre ensuite essentiellement à la peinture animalière après son installation à Paris. Sa production, composée d'animaux de la ferme et de fauves étudiés d'après nature au Jardin des Plantes, est collectionnée par de riches amateurs de toute l'Europe. Il compte parmi sa clientèle l'impératrice Joséphine, le banquier Etienne Delessert, le marchand d'art Pierre Joseph Lafontaine, les collectionneurs Marcotte et De Wailly.

Il expose assidument sa production au Salon de Paris de 1808 à 1837, et y est récompensé à deux reprises par une médaille en 1810 et en 1817. Soucieux de conserver des liens artistiques avec sa contrée natale, il y envoie des œuvres qui sont présentées dans diverses expositions organisées en Belgique.

Gravement malade, Jean-Baptiste Berré choisit de revenir mourir à Anvers. La dispersion en vente publique de son cabinet et de son atelier eut lieu à Paris le 8 janvier 1839.

Les oeuvres de Jean Baptiste Berré sont conservées dans de nombreux musées dont le Museum d'Histoire Naturelle de Paris, le Musée des Beaux-arts d'Orléans, le Musée des Beaux-arts de Quimper, le chateau de Compiègne...

 

 

Jean Baptiste Berré, "Les Vaches", huile sur toile, 1835
Jean Baptiste Berré, "Les Vaches", huile sur toile, 1835
Jean Baptiste Berré, "Les Vaches", huile sur toile, 1835
Jean Baptiste Berré, "Les Vaches", huile sur toile, 1835
Jean Baptiste Berré, "Les Vaches", huile sur toile, 1835
Jean Baptiste Berré, "Les Vaches", huile sur toile, 1835
Jean Baptiste Berré, "Les Vaches", huile sur toile, 1835
Jean Baptiste Berré, "Les Vaches", huile sur toile, 1835
Jean Baptiste Berré, "Les Vaches", huile sur toile, 1835
Jean Baptiste Berré, "Les Vaches", huile sur toile, 1835
Jean Baptiste Berré, "Les Vaches", huile sur toile, 1835
Jean Baptiste Berré, "Les Vaches", huile sur toile, 1835

Partager cet article

Repost0
2 juillet 2015 4 02 /07 /juillet /2015 21:11

 

 

Reine Marie Leczinska, Buste en terre cuite, 19ème siècle

 

Très beau buste en terre cuite représentant :

 

Marie Leczinska

Princesse de Pologne

Reine de France

(1703-1768)

 

La jeune reine porte le diadème de princesse de Pologne et le manteau fleurdelisé bordé d'hermine de reine de France, ainsi qu'un médaillon orné du profil de son père le roi Stanislas Leczinsky.

 

Fin XIXème siècle.

 

D’après le buste en marbre de la reine réalisé vers 1730-1731, conservé au château de Versailles.

(cf catalogue Musée National du Château de Versailles, Les Sculptures, tome 1 Le Musée, Simone Hoog, Réunion des Musées Nationaux, 1993.)

 

Socle amovible octogonal en chêne massif mouluré.

 

Dimensions :

Hauteur 68 cm.

Longueur 46 cm.

Profondeur 27 cm.

Base seule 35 x 23,5 x 10 cm.

 

 

Marie Catherine Sophie Félicité Leczinska était la fille de Stanislas Leczinsky, issu d'une très grande famille aristocratique polonaise, élu roi de Pologne et Grand-Duc de Lithuanie sous le nom de Stanislas 1er en 1704 et de la comtesse Catherine Brin-Opalinska, fille du palatin de Posnanie.

Elle naquit le 3 juin 1703 à Breslau. Sa petite enfance, très troublée durant le règne mouvementé de son père par des départs précipités du palais royal, les longues étapes en voiture et les installations de fortune, fit de Marie une princesse fugitive. Les avatars de l'Histoire écartent son père du trône : elle se réfugie tout enfant à Stockholm, puis débuta en 1716 un exil dans le plus grand dénuement matériel. Le décès de Charles XII de Suède, protecteur de son père, entraîna leur départ pour Wissembourg en 1720 où ils reçurent le soutien du Régent. Le décès de leur second protecteur et l'entrée du duc de Bourbon au ministère allait bouleverser sa vie tranquille et retirée.

En vue du mariage du jeune roi Louis XV, une liste complète des princesses à marier sera dressée. Une première liste de 100 noms fut d'abord proposée, de laquelle on en retrancha 83. Marie en faisait partie mais fut primitivement écartée en raison de sa "basse naissance" et du titre électif de son père. D'un trait de génie, c'est finalement madame de Prie, maîtresse influente du duc de Bourbon, qui prit la décision de la "mésalliance", en espérant tout d'une princesse effacée, manipulable et infériorisée, qui lui devait tout : en quoi elle se trompa car elle finira exilée sur ses terres après la disgrâce du duc.

Le mariage fut déclaré à Versailles le 27 mai 1725. Marie fut mariée par procuration dans la cathédrale de Strasbourg le 14 août, fit le "voyage" comme toutes princesses étrangères venant épouser un roi de France jusqu'à Moret, où elle rencontra pour la première fois Louis XV. Son mariage eut lieu le 5 septembre, le lendemain de leur rencontre, dans la chapelle du château de Fontainebleau. Louis XV décida alors d'établir ses beaux-parents à Saint-Germain-en-Laye, puis leur octroya l'immense domaine royal de Chambord.

 

Reine Marie Leczinska, Buste en terre cuite, 19ème siècle
Reine Marie Leczinska, Buste en terre cuite, 19ème siècle
Reine Marie Leczinska, Buste en terre cuite, 19ème siècle
Reine Marie Leczinska, Buste en terre cuite, 19ème siècle
Reine Marie Leczinska, Buste en terre cuite, 19ème siècle
Reine Marie Leczinska, Buste en terre cuite, 19ème siècle
Reine Marie Leczinska, Buste en terre cuite, 19ème siècle
Reine Marie Leczinska, Buste en terre cuite, 19ème siècle
Reine Marie Leczinska, Buste en terre cuite, 19ème siècle
Reine Marie Leczinska, Buste en terre cuite, 19ème siècle
Reine Marie Leczinska, Buste en terre cuite, 19ème siècle
Reine Marie Leczinska, Buste en terre cuite, 19ème siècle

Partager cet article

Repost0
1 juillet 2015 3 01 /07 /juillet /2015 23:46

 

 

Médaillon en argent avec miniatures "Joseph et l'Enfant Jésus" & "Saint Jean-Baptiste", Espagne, Début 18ème siècle

 

Très Rare Médaillon Baroque d'Art Sacré.

 

Décor double-face de deux peintures sur cuivre représentant "Saint Joseph et l'Enfant Jésus" et au revers "Saint Jean-Baptiste".

 

Dans son importante monture en argent massif d'origine.

 

ESPAGNE, DÉBUT DU XVIIIème SIÈCLE.

 

Dimensions :

Sans la bélière et l'anneau : longueur 7 cm x hauteur 6,5 cm x épaisseur 1,3 cm.

Poids brut : 72 g.

 

Médaillon en argent avec miniatures "Joseph et l'Enfant Jésus" & "Saint Jean-Baptiste", Espagne, Début 18ème siècle
Médaillon en argent avec miniatures "Joseph et l'Enfant Jésus" & "Saint Jean-Baptiste", Espagne, Début 18ème siècle
Médaillon en argent avec miniatures "Joseph et l'Enfant Jésus" & "Saint Jean-Baptiste", Espagne, Début 18ème siècle
Médaillon en argent avec miniatures "Joseph et l'Enfant Jésus" & "Saint Jean-Baptiste", Espagne, Début 18ème siècle
Médaillon en argent avec miniatures "Joseph et l'Enfant Jésus" & "Saint Jean-Baptiste", Espagne, Début 18ème siècle
Médaillon en argent avec miniatures "Joseph et l'Enfant Jésus" & "Saint Jean-Baptiste", Espagne, Début 18ème siècle
Médaillon en argent avec miniatures "Joseph et l'Enfant Jésus" & "Saint Jean-Baptiste", Espagne, Début 18ème siècle
Médaillon en argent avec miniatures "Joseph et l'Enfant Jésus" & "Saint Jean-Baptiste", Espagne, Début 18ème siècle

Partager cet article

Repost0
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 11:30

 

 

Empereur Jules César, important bronze, premier quart du 19ème siècle

 

Rare et importante sculpture en bronze patiné représentant :

 

L’EMPEREUR JULES CESAR

(Rome 101 av. J.C. – 44 av. J.C.)

 

Jules César est représenté en tenue de général romain et tenant dans sa main droite un rouleau.

Inscription sur la base « CESAR ».

 

PREMIER QUART DU XIXème SIECLE.

 

Dimensions :

Hauteur 61 cm.

Diamètre de la base 22,2 cm.

 

Très belle patine brune et grande qualité de ciselure.

Dans un superbe état de conservation.

 

Jules César est sans doute le général romain le plus mythique. Homme de stratégie politique comme militaire, il gravit tous les échelons jusqu’à se faire proclamer dictateur à vie et conquérir un empire gigantesque jusqu’aux confins du monde connu de l’époque. Son opposition aux membres du Sénat connut son apogée lorsqu’il entra dans Rome avec son armée et mit en fuite Pompée. Elle lui vaudra également sa chute, il sera victime d’un complot organisé par quelques sénateurs dont son fils spirituel Brutus.

Les débuts de sa carrière politique :

Caius Julius Caesar naît à Rome le 12 juillet de l’an 101 avant JC. Issu d’une famille patricienne, il prétend être un descendant d'Énée, le fils de Vénus. Le jeune César, qui appartient à la jeunesse dorée de Rome, est un élève brillant. Après une première victoire en Asie, il démarre sa carrière politique, étant successivement questeur, édile et préteur en 63 avant J.C. Il devient gouverneur de la Gaule cisalpine et transalpine alors qu’il est presque ruiné. Les jeux, qu’il a organisés pour se faire aimer du peuple romain, lui ont coûté une fortune. Plusieurs victoires militaires en Espagne lui permettent de devenir propréteur de ce pays et de renflouer ses caisses. Ses ambitions pour arriver à la tête de Rome le pousse à sceller un pacte secret avec Pompée et Crassus, le premier Triumvirat. Le calcul s’avère payant, Jules César devient Consul en 59 avant J.C.

Une série de succès militaires :

Entre 58 à 52 avant J.C, César se lance dans une vaste campagne de conquêtes, appelée « la guerre des Gaules ». Il bat les Germains d'Arioviste, les Belges, les Usipètes et les Tenctères. Cependant, Jules César rencontre une assez forte résistance en Auvergne. Vercingétorix, à la tête des résistants, lui tient tête près d'Alésia (Bourgogne) en 51 avant J.C. Le Gaulois finira par s’incliner devant le général romain. Ces grandes victoires confèrent à Jules César une forte popularité auprès du peuple romain. César prendra soin de les raconter dans son remarquable ouvrage, La guerre des Gaules.

Mais pendant ce temps-là, à Rome, la situation politique se détériore. Crassus étant mort dans une expédition contre les Parthes en 53 avant J.C, le triumvirat n’est plus et Pompée en profite pour asseoir son autorité. Jules César refuse d’abandonner la ville aux mains de Pompée. Le vainqueur des Gaules, aimé du peuple, et Pompée, soutenu par les sénateurs, se livrent une guerre d’influence pour devenir le premier homme de Rome. César se présente aux élections consulaires, ce qui l’obligeait selon les règles en vigueur à revenir à Rome et à licencier son armée. Les consuls en fonction avaient l’interdiction de franchir le fleuve Rubicon et d’entrer dans Rome avec leurs troupes.

Un coup de force :

Faisant fi des règles, Jules César, à la tête de son armée, marche vers Rome. Le 10 janvier 49, il franchit le Rubicon, et déclare : « alea jacta est » (le sort en est jeté !). Pompée prend la fuite. En 48 avant J.C, César rattrape Pompée en Grèce et défait ses armées à Pharsale. Jules César se fait nommer Consul puis dictateur par le Sénat. Il instaure un régime autoritaire à Rome. Loin de se reposer sur ses lauriers, César se rend en Egypte pour rétablir l’ordre entre le pharaon Ptolémée XIII et Cléopâtre. Le général romain tombe sous le charme de la belle Cléopâtre. Les armées romaines écrasent les troupes du pharaon et César offre le trône d’Egypte à Cléopâtre.

Au sommet de la gloire :

César tient le monde méditerranéen sous sa coupe. Prenant les titres de grand pontife, consul annuel, dictateur et d'Imperator, César se couvre de gloire. Il devient un véritable objet d'un culte et apparaît même sur la monnaie romaine. Il prend également des mesures favorables aux plus faibles, amnistiant ses anciens adversaires, introduisant des Gaulois et des Espagnols au Sénat et donnant des terres aux vétérans et aux pauvres.

Mais un groupe de sénateurs, dont Cassius et Brutus font partie, fomentent un complot contre le dictateur. Le 15 mars 44 avant J.C, ils le poignardent en pleine séance du Sénat. Avant de rendre son dernier souffle, César découvre parmi ses assassins Brutus, qu’il aimait comme un fils. Son corps sera ramassé par des esclaves et incinéré, comme le veut la tradition, au Champs de Mars. Dans son testament, César a désigné pour héritier son fils adoptif, Octave, futur empereur Auguste. Ce dernier gardera le nom de « César » en hommage à son célèbre père d’adoption.


D’une ambition sans bornes, Jules César s’est bâti un empire qui allait dominer la Méditerranée pendant plus de 500 ans. On ne peut que s’accorder sur son charisme et ses qualités de meneur d’hommes ainsi que saluer ses réalisations d’un point de vue administratif et littéraire. Le mois de sa naissance (quintilius) fut rebaptisé julius en son honneur, et est devenu notre mois de juillet.

 

Empereur Jules César, important bronze, premier quart du 19ème siècle
Empereur Jules César, important bronze, premier quart du 19ème siècle
Empereur Jules César, important bronze, premier quart du 19ème siècle
Empereur Jules César, important bronze, premier quart du 19ème siècle
Empereur Jules César, important bronze, premier quart du 19ème siècle
Empereur Jules César, important bronze, premier quart du 19ème siècle
Empereur Jules César, important bronze, premier quart du 19ème siècle
Empereur Jules César, important bronze, premier quart du 19ème siècle
Empereur Jules César, important bronze, premier quart du 19ème siècle
Empereur Jules César, important bronze, premier quart du 19ème siècle
Empereur Jules César, important bronze, premier quart du 19ème siècle
Empereur Jules César, important bronze, premier quart du 19ème siècle
Empereur Jules César, important bronze, premier quart du 19ème siècle
Empereur Jules César, important bronze, premier quart du 19ème siècle
Empereur Jules César, important bronze, premier quart du 19ème siècle
Empereur Jules César, important bronze, premier quart du 19ème siècle

Partager cet article

Repost0
21 juin 2015 7 21 /06 /juin /2015 11:07

 

 

Boite à Pilules ornée d'un cristallo-cérame "L'Amour Pensif"

 

Belle boite à pilules néoclassique à "l'Amour Pensif".

 

Cristal taillé et cristallo-cérame représentant un amour méditant avec un chien à ses cotés.

Inscription sur le cristallo-cérame « Garde a Vous ».

 

Monture en argent poinçonné.

 

EPOQUE EMPIRE - RESTAURATION.

Dimensions :

Diamètre 6 cm.

Hauteur 2,3 cm.

 

Boite à Pilules ornée d'un cristallo-cérame "L'Amour Pensif"
Boite à Pilules ornée d'un cristallo-cérame "L'Amour Pensif"
Boite à Pilules ornée d'un cristallo-cérame "L'Amour Pensif"
Boite à Pilules ornée d'un cristallo-cérame "L'Amour Pensif"
Boite à Pilules ornée d'un cristallo-cérame "L'Amour Pensif"
Boite à Pilules ornée d'un cristallo-cérame "L'Amour Pensif"
Boite à Pilules ornée d'un cristallo-cérame "L'Amour Pensif"
Boite à Pilules ornée d'un cristallo-cérame "L'Amour Pensif"
Boite à Pilules ornée d'un cristallo-cérame "L'Amour Pensif"
Boite à Pilules ornée d'un cristallo-cérame "L'Amour Pensif"
Boite à Pilules ornée d'un cristallo-cérame "L'Amour Pensif"

Partager cet article

Repost0
5 juin 2015 5 05 /06 /juin /2015 08:57

 

 

François Lafon (1846-1903), Vénus Conduisant l'Amour Aveugle

 

FRANCOIS LAFON

(1846- vers 1903)

 

"VENUS CONDUISANT L'AMOUR AVEUGLE"

 

Huile sur panneau.

 

Signé en bas à droite « François Lafon ».

 

Dans son cadre d'origine en bois doré.

Dimensions avec le cadre 36,5 x 24 cm

 

Élève d’Alexandre Cabanel (1823-1889) et de son père Emile Lafon (1817-1886), peintre ayant reçu de nombreuses commandes officielles.

Il exposa au Salon à partir de 1875 des allégories, des scènes mythologiques, orientalistes et religieuses, des nymphes et des portraits de femmes.

Son style est élancé, gracieux et souvent emprunt d'une nostalgie rêveuse.

Ses œuvres sont présentées dans de nombreux musées français (Rouen, Saint-Brieuc, Châteauroux, Chambéry, Dole, Béziers, La Rochelle, Soissons, Rennes, château d’Asnières…) et en particulier au musée du Périgord à Périgueux, berceau de la famille.

Il sera membre de la Société Nationale des Beaux-Arts à partir de 1890.

Comme son père il reçut de nombreuses commandes officielles.

 

François Lafon (1846-1903), Vénus Conduisant l'Amour Aveugle
François Lafon (1846-1903), Vénus Conduisant l'Amour Aveugle
François Lafon (1846-1903), Vénus Conduisant l'Amour Aveugle
François Lafon (1846-1903), Vénus Conduisant l'Amour Aveugle
François Lafon (1846-1903), Vénus Conduisant l'Amour Aveugle
François Lafon (1846-1903), Vénus Conduisant l'Amour Aveugle
François Lafon (1846-1903), Vénus Conduisant l'Amour Aveugle
François Lafon (1846-1903), Vénus Conduisant l'Amour Aveugle

Partager cet article

Repost0
15 mai 2015 5 15 /05 /mai /2015 11:37

 

 

Attilio Simonetti (1843-1925), Portrait de Sarah Bernhardt, aquarelle

 

Beau témoignage d’une des plus grandes tragédiennes françaises du XIXème siècle :

 

ATTILIO SIMONETTI

(Rome 1843-1925)

 

« Portrait de Sarah Bernhardt »

 

Aquarelle.

 

Signée en bas à droite « A.Simonetti ».

 

Dans son montage et son riche cadre italien d’origine à décor de feuilles d’acanthes, cartouches, perles et fleurs.

Inscription ancienne au crayon de papier au dos « Sarah Bernhardt ».

 

VERS 1870-1880.

 

Dimensions :

Aquarelle 26,5 x 16,5 cm.

Cadre 49 x 41 cm.

 

Attilio Simonetti (Rome, 1843 - 1925) :

Attilio Simonetti était un peintre italien et antiquaire. Fils de François Simonetti, orfèvre et sculpteur romain, et de Caroline Raffaelli, qui appartenait à une célèbre famille spécialisée dans l’art de la mosaïque. Attilio compte parmi ses ancêtres Giacomo Raffaelli (1753-1836), dont la mosaique représentant la Dernière Cène de Léonard de Vinci, exécutée en 1818, a été acheté par l'empereur François Ier d'Autriche et placé dans l'église des Frères Mineurs à Vienne.

Attilio Simonetti commença des études artistiques à l’âge de seize ans à l’Académie de Saint-Luc. Dès son jeune âge Attilio a montré un vif intérêt pour la peinture et le dessin, ce qui le fait connaitre et apprécier par le peintre espagnol Mariano Fortuny (1838-1874), devenant ainsi le disciple et ami de ce célèbre peintre. Ils partagèrent le même atelier sur la Via Flaminia à Rome.

En 1868, il expose deux œuvres à la Galerie Brera à Milan sur le thème des vieux quartiers de Rome. A l’Exposition nationale des Beaux-Arts à Naples en 1877, il présente deux peintures qui ont été achetés par le prince Umberto, qui quelques mois plus tard allait devenir roi d'Italie sous le nom d'Umberto I. A Naples, au cours d'un de ses nombreux voyages avec Mariano Fortuny, il se lie d'amitié avec le peintre Filippo Palizzi (1818-1899. En 1875, il est parmi les fondateurs de l'Association des Aquarellistes Romains, qui prirent une part active jusqu'en 1883.

Il a été l'exécuteur testamentaire de son ami Mariano Fortuny, puis a commencé à chercher de plus en plus des antiquités, avec une attention particulière à l'art antique. Le palais Odescalchi dans la Via Vittoria Colonna, qu’il acheta en 1904, devint le siège de sa galerie d'antiquités et de son atelier de peintre. Il comptât parmi ses clients de très grands collectionneurs comme Pierpont Morgan et Lord William Waldorf Astor.

Certaines de ses œuvres sont actuellement conservées à la Galleria d'Arte Moderna de Milan, au Museo di Capodimonte à Naples, au Metropolitan Museum à New York...

 

Attilio Simonetti (1843-1925), Portrait de Sarah Bernhardt, aquarelle
Attilio Simonetti (1843-1925), Portrait de Sarah Bernhardt, aquarelle
Attilio Simonetti (1843-1925), Portrait de Sarah Bernhardt, aquarelle
Attilio Simonetti (1843-1925), Portrait de Sarah Bernhardt, aquarelle
Attilio Simonetti (1843-1925), Portrait de Sarah Bernhardt, aquarelle
Attilio Simonetti (1843-1925), Portrait de Sarah Bernhardt, aquarelle
Attilio Simonetti (1843-1925), Portrait de Sarah Bernhardt, aquarelle
Attilio Simonetti (1843-1925), Portrait de Sarah Bernhardt, aquarelle
Attilio Simonetti (1843-1925), Portrait de Sarah Bernhardt, aquarelle
Attilio Simonetti (1843-1925), Portrait de Sarah Bernhardt, aquarelle
Attilio Simonetti (1843-1925), Portrait de Sarah Bernhardt, aquarelle

Partager cet article

Repost0
25 avril 2015 6 25 /04 /avril /2015 21:45

 

 

Miniature "Homme à la Perruque Poudrée", Cadre Eglomisé, 18ème siècle

 

Belle miniature sur ivoire formant pendentif représentant :

 

"Un Homme à la Perruque Poudrée".

 

Cadre églomisé à la feuille d'or et émail noir.

Au dos, un motif décoratif de losanges réalisé en cheveux.

Monture en or non poinçonné.

 

XVIIIème SIECLE.

 

Dimensions :

Hauteur 4,6 c x largeur 3,6 cm.

 

Miniature "Homme à la Perruque Poudrée", Cadre Eglomisé, 18ème siècle
Miniature "Homme à la Perruque Poudrée", Cadre Eglomisé, 18ème siècle
Miniature "Homme à la Perruque Poudrée", Cadre Eglomisé, 18ème siècle
Miniature "Homme à la Perruque Poudrée", Cadre Eglomisé, 18ème siècle
Miniature "Homme à la Perruque Poudrée", Cadre Eglomisé, 18ème siècle
Miniature "Homme à la Perruque Poudrée", Cadre Eglomisé, 18ème siècle

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : desarnaud-antiquaire.over-blog.com
  • : Tableaux, Dessins, Estampes, Sculptures, Mobilier et Objets d'Art des XVIIIème et XIXème Siècles, avec un accent particulier pour les époques Empire - Restauration Charles X - Louis Philippe.
  • Contact

Retour à la page d'accueil

 450410-1assiette-or-2n 

   

Recherche

Au coeur du Carré Rive Gauche

Galerie Desarnaud

PARIS

06 95 56 02 98

galeriedesarnaud@yahoo.fr

 

La galerie a été crée en hommage à Marie Jeanne Rosalie Desarnaud (1775-1842), fondatrice de "L'Escalier de Cristal" au Palais-Royal, célèbre sous la Restauration pour ses objets de cristal montés sur bronze doré. Outre du cristal des manufactures de Montcenis-Le Creusot, Baccarat, Vonèche... la galerie vous présente une sélection de dessins et de tableaux néo-classiques et romantiques, de sculptures, de mobilier et d'objets d'art des XVIIIème et XIXème siècles avec un accent particulier pour le Charles X.

Nicolas Megnier-Perbet, diplomé de l'Ecole du Louvre et de Paris-IV Sorbonne, sera heureux de vous faire découvrir ses trouvailles.

 

note importante :

Par mesure de sécurité tous les objets ne sont pas conservés à la galerie. Si vous souhaitez voir un objet précis, merci de me contacter avant votre visite.