Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 janvier 2011 1 24 /01 /janvier /2011 20:00

 

 

photo site blog 17 340

 

Charmant Souvenir Historique

 

Princesse Mathilde Bonaparte

(1820-1904)

 

"L'Offrande à la Vierge"

 

Aquarelle signée et datée en bas à gauche : "Mathilde 1874"

 

photo site blog 17 337

 

 

 

Letizia Mathilde Frédérique Aloissia Elisabeth, princesse de Montfort, est la fille de Jérôme Bonaparte et de Catherine de Wurtemberg, anciens monarques de Westphalie. Elle est la nièce de Napoléon Ier et la cousine de Napoléon III.

Après l’exil de Napoléon Ier à Sainte Hélène en 1815 et la chute de l’Empire, la dynastie des Bonaparte est contrainte à l’exil et voyage à travers l’Europe. En 1820, les Montfort-Bonaparte sont installés à Trieste en Italie. Ce là que Mathilde voit le jour, le 27 mai. La famille compte également deux autres enfants : Jérôme Napoléon, l’aîné de la fratrie et Napoléon Jérôme, le cadet. L’enfance de Mathilde est marquée par les déménagements incessants au gré des disgrâces et des frasques amoureuses de son père.

 

princesse mathilde

  la princesse Mathilde

 

  Elle épouse le 1ernovembre 1840 à Florence le comte Anatole Demidoff, titré peu avant le mariage « prince de San Donato » par le grand-duc Léopold II de Toscane.

Ce mariage sans postérité ne fut jamais heureux. Demidoff, fabuleusement riche mais violent, refusa de quitter sa maîtresse, Valentine de Sainte-Aldegonde. Mathilde s'enfuit pour Paris en emportant les bijoux qui étaient censés constituer sa dot, mais que Jérôme Bonaparte, toujours à court d'argent, avait vendus à Demidoff avant le mariage. Malgré cela, Demidoff fut condamné par le tribunal de Saint-Pétersbourg à verser à Mathilde une pension de 200 000 francs par an et ne récupéra jamais les bijoux. Les époux furent autorisés à se séparer en 1847 sur décision personnelle du Tsar de Russie Nicolas 1er.

 

Son divorce prononcé, la princesse Mathilde s’installe à Paris. Elle n’a alors de cesse de servir la cause des Bonaparte et de son cousin Louis Napoléon, futur Napoléon III. C’est dans son salon de la rue de Courcelles que se jouent les rencontres avec ceux qui seront utiles plus tard au futur président, puis empereur de France.

 

Portée par la curiosité et l’ouverture d’esprit de l’hôtesse des lieux, le salon de la princesse Mathilde prend de plus en plus d’ampleur. Tout ce que la France d’alors comptait dans les domaines des Arts et des Lettres fut invité chez la princesse. Très influente, elle favorise la carrière de nombres d’artistes. Elle s’adonne elle-même à la peinture, une véritable passion, avec un réel succès.

 

la princesse mathilde dans son atelier par sebastien charle

"La princesse Mathilde dans son atelier" par Charles Giraud, château de Compiègne

 

 

Selon Abel Hermant : «elle accueillait tous ses visiteurs avec un sansfaçon qui était l'extrême raffinement de la condescendance et de la politesse.» Elle avait en horreur toute étiquette. Surnommée «le plus beau décolleté d'Europe», sa vogue fut indiscutable. Son influence rayonnait dans les milieux culturels et littéraires.

 

Figuraient à son salon, rue de Courcelles, à Paris, puis après 1870, rue Berri et en l'été, à son château de Saint-Gratien, scientifiques, artistes et littérateurs : Hyppolite Taine, Charles, duc de Morny; le prince Napoléon (Plon-plon), les princes Louis, Victor et Roland Bonaparte, la princesse Jeanne Bonaparte, la princesse de Metternich, le comte-sculpteur Alfred-Émilien de Nieuwerkerke, Alexandre Dumas père et Alexandre Dumas fils; Victorien Sardou, George Sand, Ludovic Halévy. Guy de Maupassant, Alphonse Daudet, Eugène Viollet-Le-Duc, José-Maria de Hérédia, les peintres Eugène Delacroix, Paul Delaroche, Ary Scheffer, Paul Beaudry, Gustave Boulanger et Jean Léon Gérôme; Alexandre Cabanel, Jean-Auguste Ingres, Horace Vernet, Eugène Fromentin, Léon Bonnat, Paul Gavarni, Gustave Doré, le physiologiste Claude Bernard, Charles Haas, Hector Berlioz, Georges de Porto-Riche, Reynaldo Hahn, débutant à l'âge de six ans en ces lieux; Jean-Baptiste Carpeaux, Jacques Offenbach, Gustave Faubert, Marcel Proust, le duc et la duchesse de Gramont, Jacques-Émile Blanche,  le prince Camillio Borghèse, Geneviève Straus et son mari Émile Strauss, Georges Bizet, Alfred de Musset, Gabriel Fauré, Camille Saint-Saëns, Franz Liszt, Charles Gounod, Félix Nadar, François Arago, Ernest Renan, Louis Pasteur, Théophile Gautier qu'elle nommera bibliothécaire; Charles Augustin Sainte-Beuve, Ferdinand de Lesseps , Prosper Mérimée, Charles Ephrussi et les frères Edmond et Jules de Goncourt ...

 

C'est dans ce salon que l'empereur Napoléon III et sa future épouse Eugénie de Montijo de Palafox de Guzman, comtesse de Teba, se sont rencontrés pour la première fois.

 

 Elle se remaria en décembre 1873, à l'âge de 53 ans, avec le poète Claudius Popelin (1825-1892) .

Décédée en 1904, elle est inhumée à Saint-Gratien (Val d'Oise).

 

 

photo site blog 17 335 

photo site blog 17 361

 

dimensions :

aquarelle 41 x 29 cm

avec le cadre 47,5 x 35,5 cm

 

  Cadre et montage de la maison Charles Delarue & Hivert , Aux Deux Créoles, 62 rue du Faubourg Saint-Honoré à Paris

  photo site blog 17 325

 

 

photo site blog 17 355

 

 

photo site blog 17 357

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by desarnaud-antiquaire - dans Souvenirs historiques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : desarnaud-antiquaire.over-blog.com
  • desarnaud-antiquaire.over-blog.com
  • : Tableaux, Dessins, Estampes, Sculptures, Mobilier et Objets d'Art du XIXème Siècle, avec un accent particulier pour les époques Empire - Restauration Charles X - Louis Philippe.
  • Contact

Retour à la page d'accueil

 450410-1assiette-or-2n 

   

Recherche

Au coeur du Carré Rive Gauche

Galerie Desarnaud

Nicolas Megnier-Perbet

5, rue de beaune

75007 PARIS

01 42 61 78 74

galeriedesarnaud@yahoo.fr

 

La galerie est ouverte du mardi au samedi, de 14 h à 18 h.

Le matin sur rendez-vous .

 

La galerie a été crée en hommage à Marie Jeanne Rosalie Desarnaud (1775-1842), fondatrice de "L'Escalier de Cristal" au Palais-Royal, célèbre sous la Restauration pour ses objets de cristal montés sur bronze doré. Outre du cristal des manufactures de Montcenis-Le Creusot, Baccarat, Vonèche... la galerie vous présente une sélection de dessins et de tableaux néo-classiques et romantiques, de sculptures, de mobilier et d'objets d'art de la première moitié du XIXème siècle avec un accent particulier pour le Charles X.

Nicolas Megnier-Perbet, diplomé de l'Ecole du Louvre et de Paris-IV Sorbonne, sera heureux de vous recevoir pour vous faire découvrir ses trouvailles.

 

note importante :

Par mesure de sécurité tous les objets ne sont pas conservés à la galerie. Si vous souhaitez voir un objet précis, merci de me contacter avant votre visite.