Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
31 mars 2013 7 31 /03 /mars /2013 12:32

 

 

(( VENDU ))

 

 

   

 

plateau tole

  

Souvenir du culte napoléonien

 

 

Beau petit plateau "vide-poches"

 

Tôle peinte rectangulaire à pans coupés.

 

Fond noir avec un riche décor or de motifs de feuilles de lauriers et d'acanthes stylisées.

 

Tableau historique représentant :

 

 Napoléon blessé au siège de Ratisbonne.

 

DEBUT XIXème SIECLE

 

Très bel état.

 

Dimensions :

24,3 x 10 cm

 

 

 

En janvier 1809, Napoléon lutte en Espagne contre l'armée anglaise de John Moore. Il apprend que l'Autriche est prête à déclarer la guerre, après plusieurs années de préparation en vue de venger Austerlitz.
Pendant son retour à bride abattue vers la France, il est informé de l'existence d'un complot entre Talleyrand et Fouché visant à placer Joachim Murat sur son trône en cas de mort accidentelle, les nouvelles d'Espagne étant pessimistes. À Paris, le 28 janvier, il convoque ses ministres dont Talleyrand et entre dans une rage folle.
Le 13 avril, il repart en campagne à l'Est. Pour la première fois, il s'est laissé surprendre car l'archiduc Charles a attaqué le 10 et occupé Münich, sans rupture diplomatique ni déclaration de guerre. Le 17, il parvient sur le terrain et devine aussitôt les projets de l'archiduc. La Grande Armée est divisée en deux gros corps d'armée : Masséna au sud-ouest et Davout au nord-est ; si le centre est enfoncé par les armées ennemies (Autriche, Prusse), la guerre est perdue. Napoléon donne donc l'ordre aux deux ailes de se regrouper au centre, sur la ville d'Abensberg où il se rend lui-même.
La rencontre entre Davout et ses adversaires se produit à Tengen, au sud de Ratisbonne (Regensburg). Profitant de l'avantage des Français et du regroupement de son armée, Napoléon poursuit les Autrichiens qui sont vaincus à Eckmühl, le 22. L'archiduc se replie avec toutes ses troupes sur Ratisbonne où il laisse une très forte garnison et poursuit sa route vers la Bohême pour rejoindre son armée de réserve.
Le 23 avril, les Français enlèvent d'assaut Ratisbonne, étape indispensable pour ouvrir la route de Vienne (prise le 12 mai). Au cours de cette bataille, Napoléon est victime d'une blessure de guerre :
« Tandis qu'avec une lunette l'empereur observait les lieux, il reçut une balle au coup de pied et dit avec le sang froid d'un vieux soldat : je suis touché ! Il l'était effectivement, et d'une manière qui aurait pu être dangereuse, car si la balle eut porté plus haut, il avait le pied fracassé, et l'amputation eut été inévitable ..... », in Adolphe Thiers, Histoire du Consulat et de l'Empire, 1851, Paulin libraire éditeur, Paris, page 177 du Tome X.

L'empereur fut soigné par le chirurgien Yvan. Quoique la douleur fût encore très vive, l'Empereur ne voulut même pas donner le temps qu'on lui remit sa botte, et pour donner le change à l'ennemi, et rassurer l'armée sur son état, il monta à cheval, partit au galop avec tout son état-major et parcourut toutes les lignes.

La nouvelle se répand vite dans l'armée d'Allemagne et, le soir même, des milliers de soldats venus de toutes parts entourent l'empereur afin de lui faire part de leur attachement.

 

 

Cet évènement fut largement reproduit en gravures ou en peinture, en particulier le tableau de Pierre Gautherot (1769-1825) conservé au Château de Versailles, plus rarement sur des objets comme cette tôle peinte. 

 

 

 

 

antiquaire 4 357

 

 

antiquaire 4 362

 

 

antiquaire 4 358

 

 

antiquaire 4 359

 

 

antiquaire 4 355

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Published by desarnaud-antiquaire - dans Toles peintes Souvenirs historiques
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : desarnaud-antiquaire.over-blog.com
  • desarnaud-antiquaire.over-blog.com
  • : Tableaux, Dessins, Estampes, Sculptures, Mobilier et Objets d'Art du XIXème Siècle, avec un accent particulier pour les époques Empire - Restauration Charles X - Louis Philippe.
  • Contact

Retour à la page d'accueil

 450410-1assiette-or-2n 

   

Recherche

Au coeur du Carré Rive Gauche

Galerie Desarnaud

Nicolas Megnier-Perbet

5, rue de beaune

75007 PARIS

01 42 61 78 74

galeriedesarnaud@yahoo.fr

 

La galerie est ouverte du mardi au samedi, de 14 h à 18 h.

Le matin sur rendez-vous .

 

La galerie a été crée en hommage à Marie Jeanne Rosalie Desarnaud (1775-1842), fondatrice de "L'Escalier de Cristal" au Palais-Royal, célèbre sous la Restauration pour ses objets de cristal montés sur bronze doré. Outre du cristal des manufactures de Montcenis-Le Creusot, Baccarat, Vonèche... la galerie vous présente une sélection de dessins et de tableaux néo-classiques et romantiques, de sculptures, de mobilier et d'objets d'art de la première moitié du XIXème siècle avec un accent particulier pour le Charles X.

Nicolas Megnier-Perbet, diplomé de l'Ecole du Louvre et de Paris-IV Sorbonne, sera heureux de vous recevoir pour vous faire découvrir ses trouvailles.

 

note importante :

Par mesure de sécurité tous les objets ne sont pas conservés à la galerie. Si vous souhaitez voir un objet précis, merci de me contacter avant votre visite.