Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par desarnaud-antiquaire

Sainte Thérèse d'Avila, Reliquaire Paperolle & Email de Limoges, XVIIIème Siècle

 

Paperolle reliquaire avec un émail de Limoges représentant :
SAINTE THERESE d’AVILA.

Émail polychrome sur plaque de cuivre.
Thérèse d’Avila est représentée dans la célèbre scène de la transverbération.

Reliquaire formé de paperolle avec les reliques de Saint Victor, Sainte Bienvenue (1255-1292) et Saint Fidèle de Sigmaringen (1578-1622)

XVIIIème SIECLE.

Dimensions :
Hauteur 21,6 cm.
Longueur 26,7 cm.


Thérèse d'Avila est une religieuse espagnole, née le 28 mars 1515 à Gotarrendura (Vieille-Castille) et morte le 4 octobre 1582 à Alba de Tormes. Profondément mystique, elle laisse des écrits sur son expérience spirituelle qui la font considérer comme une figure majeure de la spiritualité chrétienne.
La réforme qu'elle impulse dans l'Ordre du Carmel espagnol entraîne quelques années après sa mort la création d'une branche autonome au niveau de l'ordre: l'Ordre des Carmes déchaux. Cette nouvelle branche monastique s'étendra rapidement dans toute l'Europe puis le monde: le nombre des carmes réformés dépassera rapidement, et dépasse toujours, le nombre des carmes non réformés.
Thérèse est canonisée en 1622.
Après sa mort, le corps de Thérèse, incorrompu, est exhumé plusieurs fois. Très vite, sa dépouille se trouve être une relique disputée entre les couvents d'Ávila, son lieu de naissance, et d'Alba de Tormes, son lieu de décès. Elle repose désormais dans un tombeau de marbre placé dans l'église du couvent d'Alba de Tormes en 1760. Plusieurs reliques ont été extraites de sa dépouille et sont présentes dans différentes églises d'Espagne.
Au sommet de sa vie mystique, Thérèse raconte avoir vécu l'expérience de la transverbération. Dans sa biographie publiée au XVIème siècle il est dit :
«Je vis un ange proche de moi du côté gauche… Il n'était pas grand mais plutôt petit, très beau, avec un visage si empourpré, qu'il ressemblait à ces anges aux couleurs si vives qu'ils semblent s'enflammer … Je voyais dans ses mains une lame d'or, et au bout, il semblait y avoir une flamme. Il me semblait l'enfoncer plusieurs fois dans mon cœur et atteindre mes entrailles: lorsqu'il le retirait, il me semblait les emporter avec lui, et me laissait toute embrasée d'un grand amour de Dieu. La douleur était si grande qu'elle m'arrachait des soupirs, et la suavité que me donnait cette très grande douleur, était si excessive qu'on ne pouvait que désirer qu'elle se poursuive, et que l'âme ne se contente de moins que Dieu. Ce n'est pas une douleur corporelle, mais spirituelle, même si le corps y participe un peu, et même très fort. C'est un échange d'amour si suave qui se passe entre l'âme et Dieu, que moi je supplie sa bonté de le révéler à ceux qui penseraient que je mens… Les jours où je vivais cela, j'allais comme abasourdie, je souhaitais ni voir ni parler avec personne, mais m'embraser dans ma peine, qui pour moi était une des plus grandes gloires, de celles qu'ont connues ses serviteurs.»
Pour perpétuer la mémoire de cette mystérieuse blessure, le pape Benoît XIII, à la demande des carmélites d'Espagne et d'Italie, établit en 1726 la fête de la transverbération du cœur de sainte Thérèse.

 

Sainte Thérèse d'Avila, Reliquaire Paperolle & Email de Limoges, XVIIIème Siècle
Sainte Thérèse d'Avila, Reliquaire Paperolle & Email de Limoges, XVIIIème Siècle
Sainte Thérèse d'Avila, Reliquaire Paperolle & Email de Limoges, XVIIIème Siècle
Sainte Thérèse d'Avila, Reliquaire Paperolle & Email de Limoges, XVIIIème Siècle
Sainte Thérèse d'Avila, Reliquaire Paperolle & Email de Limoges, XVIIIème Siècle
Sainte Thérèse d'Avila, Reliquaire Paperolle & Email de Limoges, XVIIIème Siècle
Sainte Thérèse d'Avila, Reliquaire Paperolle & Email de Limoges, XVIIIème Siècle
Sainte Thérèse d'Avila, Reliquaire Paperolle & Email de Limoges, XVIIIème Siècle
Sainte Thérèse d'Avila, Reliquaire Paperolle & Email de Limoges, XVIIIème Siècle
Sainte Thérèse d'Avila, Reliquaire Paperolle & Email de Limoges, XVIIIème Siècle
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :