Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Publié par desarnaud-antiquaire

 

 

Sacre du Roi Charles X, Foulard d'époque Restauration

 

Rare Souvenir Historique :

 

"Cérémonie du Sacre du Roi Charles X :

l'Onction du Roi"

 

Ce grand carré en coton en grisaille représente la scène de l'onction de Charles X dans la cathédrale de Reims avant son couronnement.

 

Bordures avec dans les angles les portraits du duc d'Angoulème, du duc de Berry, de la duchesse d'Angoulème et de la duchesse de Berry.

Sur les cotés, le sceptre et la main de justice entourés de fleurs de lys au naturel.

En haut une scène en bas-relief représentant le roi Charles X entouré des allégories de la Religion et de l'Industrie, des figures des Arts, de la Musique, de l'Agriculture, de l'Armée et de la Marine.

En bas, deux anges tenant les Armoiries Royales de France dans une couronne de laurier.

 

Foulard de soie signé en bas à gauche :

"chez G.D? et Huguenin & Cie, Rue du Gros Chenet N°8 à Paris"

 

Le 8 rue du Gros Chenet (actuelle rue du Sentier) était l'adresse du célèbre Hôtel des Quatre Fils Aymon où séjourna en 1778 pendant plusieurs mois Wolfgang Amadeus Mozart. L’hôtel racheté et réaménagé par le peintre Lebrun pour sa femme Elisabeth Vigée-Lebrun, fut le cadre de somptueuses soirées en particulier le fameux "Souper Grec". L’hôtel qui donnait aussi sur la rue de Cléry (où vécût Vigée-Lebrun dans son enfance) servait aussi de galerie d'art et de salle des ventes pour le mari de la célèbre portraitiste.

 

EPOQUE CHARLES X.

 

Dans un encadrement moderne type baguette en palissandre.

 

Dimensions avec le cadre :

Hauteur 62,5 cm.

Longueur 62 cm.

 

Charles X fut le dernier souverain français à être sacré à Reims. Nostalgique de la monarchie absolue de droit divin, le roi voulait gommer tout héritage de l’épisode révolutionnaire et reprendre pleinement le cérémonial d’Ancien Régime. Louis XVIII avait renoncé à la cérémonie du sacre, notamment parce qu’il n’aurait pu en supporter les fatigues. Charles X quant à lui reprit la tradition et voulut une cérémonie fidèle à celle de ses ancêtres. Les préparatifs commencèrent dès novembre 1824. Un budget important fut consacré à la restauration des bâtiments, à la décoration fastueuse de la cathédrale de Reims et du palais archiépiscopal. Pour l’occasion, le roi fit spécialement composer une messe par Luigi Cherubini et commanda un opéra à Gioacchino Rossini, Le Voyage à Reims. Le carrosse, dessiné par l’architecte Charles Percier, était une berline à huit chevaux à l’ornementation de laquelle avaient collaboré le carrossier Duchêne, le sculpteur Henri-Victor Roguier, le ciseleur Denière et le peintre Pierre-Claude-François Delorme.

Le 27 mai 1825, le cortège royal partit de Compiègne, étape incontournable sur la route du sacre. Le cérémonial avait été légèrement modifié : Charles X avait accepté de prêter serment de fidélité à la Charte constitutionnelle, « pour rassurer l’opinion ». Le rite se déroula devant un parterre où dominaient savants, artistes et poètes comme le baron Gérard, Alphonse de Lamartine ou Victor Hugo. Ce dernier composa l’ode « Le sacre de Charles X », qu’il publia le 18 juin suivant dans son recueil Odes et Ballades et dans laquelle il se posait en chantre de l’alliance du trône et de l’autel. Le 31 mai, le roi exerça ses pouvoirs de thaumaturge en touchant les écrouelles de cent trente malades.

La scène représentée sur ce carré de soie est l'onction du roi :

La sainte ampoule conservée à Reims contient une huile miraculeuse qui, selon la légende, aurait été apportée par une colombe descendue du ciel le jour du baptême de Clovis par l'évêque Remi. Cette huile aurait été réutilisée pour la première fois, en la cathédrale de Metz, le 9 septembre 869, par l'archevêque Hincmar de Reims pour sacrer Charles le Chauve, roi de Francie occidentale.

C'est l'abbé de l'abbaye Saint-Remi de Reims qui a la charge de veiller sur cette ampoule considérée comme une grande relique. L'onction, faite au cours de la cérémonie avec cette huile miraculeuse, donne un très grand prestige au roi de France.

C'est l' évêque de Laon, duc et pair du royaume, qui a le privilège de porter la sainte ampoule au cours de la cérémonie. Avec un mélange de chrême et d'huile de la sainte ampoule, le roi est oint en sept endroits différents du corps : sur le haut de la tête, la poitrine, entre les deux épaules, l'épaule droite, l'épaule gauche, la jointure du bras droit puis du bras gauche ; puis, après s'être revêtu, sur les paumes des mains. Par cette onction, le roi est roi « par la grâce de Dieu » : Dieu l'a choisi.

 

Sacre du Roi Charles X, Foulard d'époque Restauration
Sacre du Roi Charles X, Foulard d'époque Restauration
Sacre du Roi Charles X, Foulard d'époque Restauration
Sacre du Roi Charles X, Foulard d'époque Restauration
Sacre du Roi Charles X, Foulard d'époque Restauration
Sacre du Roi Charles X, Foulard d'époque Restauration
Sacre du Roi Charles X, Foulard d'époque Restauration
Sacre du Roi Charles X, Foulard d'époque Restauration
Sacre du Roi Charles X, Foulard d'époque Restauration
Sacre du Roi Charles X, Foulard d'époque Restauration
Sacre du Roi Charles X, Foulard d'époque Restauration
Sacre du Roi Charles X, Foulard d'époque Restauration
Sacre du Roi Charles X, Foulard d'époque Restauration
Sacre du Roi Charles X, Foulard d'époque Restauration
Sacre du Roi Charles X, Foulard d'époque Restauration
Sacre du Roi Charles X, Foulard d'époque Restauration
Sacre du Roi Charles X, Foulard d'époque Restauration
Sacre du Roi Charles X, Foulard d'époque Restauration
Sacre du Roi Charles X, Foulard d'époque Restauration
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article