Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 novembre 2015 5 13 /11 /novembre /2015 08:59

 

 

 

(( VENDU ))

 

 

Vase Warwick par Ferdinand Barbedienne, 19ème Siècle

 

Coupe dit Vase Warwick par Ferdinand Barbedienne.

 

D'après l'antique.

 

Grand modèle en bronze patiné de cette célèbre coupe en marbre.

Base en marbre noir sur contre-socle en bronze doré.

 

Signée "F.Barbedienne Fondeur" sur le pied de la coupe et cachet Réduction Collas sous la coupe.

 

La partie supérieure est amovible pour transformer la coupe en jardinière.

Avec son intérieur amovible en étain.

 

EPOQUE NAPOLÉON III.

 

Très belle patine brun chocolat.

 

Dimensions :

Hauteur 38,3 cm.

Longueur 44,5 cm.

Largeur 30,5 cm.

 

Le Vase de Warwick est un énorme vase romain orné de motifs bachiques découvert dans les ruines de la villa de l'empereur Hadrien vers 1771 par Gavin Hamilton, peintre écossais et antiquaire à Rome.

L'objet fut ensuite restauré sous la surveillance de l'antiquaire James Byres et des conseils de Piranèse. Après un refus d'achat par le British Museum, l'objet fut vendu à George Greville, second comte de Warwick qui le plaça sur une pelouse de son château, avant de l'abriter dans une serre construite spécialement à cet effet dans le parc du château de Warwick.

Depuis 1978 il se trouve exposé à la Burrel Collection de Glasgow.

 

Fils d’un modeste cultivateur normand, Ferdinand Barbedienne (1810-1892) réalise une première fortune dans une affaire de papiers peints installée au 24 et 26 rue Notre-Dame-des-Victoires à Paris.

En 1836, l'ingénieur, mécanicien et outilleur Achille Collas (1795-1859) invente un procédé mécanique de réduction de sculptures en ronde bosse, en améliorant le pantographe des sculpteurs, dont il dépose le brevet en 1837.

Ferdinand Barbedienne s'associe avec Achille Colas en 1838, en fondant la Société Collas et Barbedienne, pour la production et la commercialisation de copies réduites de sculptures en utilisant divers matériaux, tels que le plâtre, le bois, le bronze ou l'ivoire. Ils reproduisent, en bronze et en réduction, un grand nombre d'œuvres sculptées, conservées dans des musées européens, destinées à orner les intérieurs modernes. De plus, ils mirent au point de nouveaux procédés chimiques pour patiner les bronzes.

Ils présentent une réduction de la Vénus de Milo à l'Exposition Nationale de 1839, ce qui leur vaut une médaille d'argent. Les thèmes choisis sont souvent allégoriques, et puisent largement dans le répertoire des chefs d'oeuvre antiques.

Sous contrat d'édition avec les artistes, posant ainsi les bases juridiques d'une nouvelle industrie, Ferdinand Barbedienne reproduit aussi les œuvres de sculpteurs contemporains comme François Rude, Carrier-Belleuse, Barye, Emmanuel Frémiet, Mène, Chapu, Eugène Aizelin, et crée de très nombreux modèles de bronze d’ameublement, des émaux champlevés, ou émaux cloisonnés, hauts et bas-reliefs en bois, etc.

Le procédé de duplication Collas est perfectionné dans une machine à copier d'un seul bloc, qui leur permet d'obtenir une nouvelle médaille d'argent à l'Exposition Nationale de 1844 à Paris.

La société envoie quelques pièces à l'Exposition Universelle de 1851 à Londres, où elle y reçoit une médaille spéciale pour sa reproduction en demi-taille de la porte principale, créée par Lorenzo Ghiberti, pour le baptistère Saint-Jean de Florence. Par la suite, Achille Collas reçoit la grande médaille d'honneur à l'Exposition Universelle de 1855 à Paris.

À partir de 1835, l'ornemaniste Louis-Constant Sévin (1821-1888) entre dans la société en qualité de sculpteur ornemaniste. À la mort d'Achille Collas, en 1859, Ferdinand Barbedienne devient seul propriétaire de la fonderie, qui compte alors 300 employés. En 1865, il devient président du comité des industries du bronze, poste qu'il conserva jusqu'en 1885.

Lors de la guerre de 1870, et à cause de la pénurie de métaux bruts, il doit cesser son activité de fondeur d'art. L'activité reprend une fois la guerre terminée, et une grande partie de la production est destinée à l'exportation. Plus de 1 200 pièces sont produites chaque année. La qualité de la fonte, de la ciselure et de la patine, propres à la technique de Barbedienne, ont fait que la signature du fondeur a progressivement gagné en importance. Il est promu au grade de commandeur de la Légion d'honneur en 1874.

En 1878, la société présente une horloge monumentale de style néo-renaissance, ornée d'émaux d'Alfred Serre, à l'Exposition Universelle de 1878 à Paris, qui lui vaut une médaille d'or.

En 1879, Ferdinand Barbedienne acquiert 125 modèles de coulée à la vente successorale d'Antoine-Louis Barye, ce qui lui permet de consacrer un catalogue entier à ses œuvres.

En 1889, le catalogue compte 450 sujets déclinés en plusieurs dimensions, créés par 45 sculpteurs différents, dont une bonne moitié de contemporains à succès.

À l'Exposition Universelle de 1889, à Paris, la maison Barbedienne présente de nouveau un grand nombre de ses compositions.

À la mort de Ferdinand Barbedienne, le 21 mars 1892 à Paris, l'entreprise compte plus de 600 salariés. Il est inhumé à Paris au cimetière du Père-Lachaise.

 

Vase Warwick par Ferdinand Barbedienne, 19ème Siècle
Vase Warwick par Ferdinand Barbedienne, 19ème Siècle
Vase Warwick par Ferdinand Barbedienne, 19ème Siècle
Vase Warwick par Ferdinand Barbedienne, 19ème Siècle
Vase Warwick par Ferdinand Barbedienne, 19ème Siècle
Vase Warwick par Ferdinand Barbedienne, 19ème Siècle
Vase Warwick par Ferdinand Barbedienne, 19ème Siècle
Vase Warwick par Ferdinand Barbedienne, 19ème Siècle
Vase Warwick par Ferdinand Barbedienne, 19ème Siècle
Vase Warwick par Ferdinand Barbedienne, 19ème Siècle
Vase Warwick par Ferdinand Barbedienne, 19ème Siècle
Vase Warwick par Ferdinand Barbedienne, 19ème Siècle
Vase Warwick par Ferdinand Barbedienne, 19ème Siècle
Vase Warwick par Ferdinand Barbedienne, 19ème Siècle
Vase Warwick par Ferdinand Barbedienne, 19ème Siècle
Vase Warwick par Ferdinand Barbedienne, 19ème Siècle
Vase Warwick par Ferdinand Barbedienne, 19ème Siècle

Partager cet article

Repost 0
Published by desarnaud-antiquaire - dans Objets d'art Sculptures
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : desarnaud-antiquaire.over-blog.com
  • desarnaud-antiquaire.over-blog.com
  • : Tableaux, Dessins, Estampes, Sculptures, Mobilier et Objets d'Art du XIXème Siècle, avec un accent particulier pour les époques Empire - Restauration Charles X - Louis Philippe.
  • Contact

Retour à la page d'accueil

 450410-1assiette-or-2n 

   

Recherche

Au coeur du Carré Rive Gauche

Galerie Desarnaud

Nicolas Megnier-Perbet

5, rue de beaune

75007 PARIS

01 42 61 78 74

galeriedesarnaud@yahoo.fr

 

La galerie est ouverte du mardi au samedi, de 14 h à 18 h.

Le matin sur rendez-vous .

 

La galerie a été crée en hommage à Marie Jeanne Rosalie Desarnaud (1775-1842), fondatrice de "L'Escalier de Cristal" au Palais-Royal, célèbre sous la Restauration pour ses objets de cristal montés sur bronze doré. Outre du cristal des manufactures de Montcenis-Le Creusot, Baccarat, Vonèche... la galerie vous présente une sélection de dessins et de tableaux néo-classiques et romantiques, de sculptures, de mobilier et d'objets d'art de la première moitié du XIXème siècle avec un accent particulier pour le Charles X.

Nicolas Megnier-Perbet, diplomé de l'Ecole du Louvre et de Paris-IV Sorbonne, sera heureux de vous recevoir pour vous faire découvrir ses trouvailles.

 

note importante :

Par mesure de sécurité tous les objets ne sont pas conservés à la galerie. Si vous souhaitez voir un objet précis, merci de me contacter avant votre visite.